Mar 13

Entrainement vélo – Six astuces pour grimper comme un pro les côtes et les cols !

Grimper comme un pro ne signifie pas forcément grimper aussi vite qu’un pro mais pourquoi ne pas s’inspirer malgré tout de leurs techniques ?! En s’appropriant quelques trucs issus de l’expérience des coureurs pros : ils savent faire preuve d’ingéniosité et de métier pour passer une bosse ou un col en tête !

Pour bien passer les bosses ou les cols de montagne il est évident que le rapport poids-puissance est primordial : plus vous êtes léger et puissant, plus vous allez prendre l’avantage physique sur vos concurrents ou sur vos camarades autour de vous ! 

Mais il y a beaucoup d’autres façons de prendre l’ascendant sur vos adversaires : le physique ne fait pas tout…

Voici quelques astuces pour prendre l’ascendant sur vos camarades du dimanche matin ou vos concurrents, qu’ils soient sur des courses fédérales ou cyclo-sportives !

Certaines de ces techniques sont purement physiques, d’autres plus psychologiques mais les connaitre vous donneront un avantage certain  et vous permettront de vous faire mal, de grimper différement et probablement de provoquer aussi des dégâts parmi vos concurrents !

1/ Première technique : grimper avec le vent

Ce qui est vrai sur le plat est bien entendu vrai sur une ascension et rien ne vous empêche de mettre vos adversaires dans le vent. Dans une montée, tout comme sur le plat, c’est radical : l’ascension combinée avec le vent, vos adversaires prennent cher ! Regardez la victoire récente de Nibali sur le Milan Sans Remo 2018 : il attaque dans le Poggio vent contre ! Personne ne le suit, d’abord parce qu’il envoi du lourd et faut avoir les cannes pour le suivre …Et ensuite parce qu’il part vent contre et tous étaient persuadés qu’il n’irait pas au bout !!!  Vent contre, faut avoir jamais fait de vélo dans le vent pour ne pas comprendre la difficulté d’avancer face au vent sur deux roues ….

Dingue de vélo - Etape du Tour 2016 - Séb en danseuse, style contadoresque !

Dingue de vélo – Etape du Tour 2016 – Séb en danseuse, style contadoresque !

 

 

Certains cols sont particulièrement exposés au vent : dans l’Hérault, le vent souffle souvent, les cols de l’arrière pays de Bézier sont souvent venteux. Autre exemple typique, le Mont Chauve (le Ventoux) en Provence connait des rafales venteuses voire tempêtueuses à longueur d’année…

Alors ignorer l’importance du vent y compris dans un col ou une longue côte serait une erreur : mettez à profit votre connaissance du parcours pour faire du vent un allié et comme dans les bordures Flahutes, mettre vos adversaires dans le vent pendant les ascensions !

2/ Deuxième technique : démarrer a bloc au pied d’un col

Romain Bardet à l'attaque dans un col Alpestre - photo instagram Romain Bardet

Romain Bardet à l’attaque dans un col Alpestre – photo instagram Romain Bardet

Vous vous basez sur votre connaissance à la fois de la pente ou du col et de la puissance que vous pouvez envoyer et dès le début vous mettez la pression à votre adversaire en démarrant à bloc !

A bloc ! A bloc ! A bloc ! Et ils vont se mettre dans le rouge pour essayer de vous suivre … S’ils n’ont pas d’idée de la puissance que vous pouvez tenir avec le temps, il y a de fortes chances que psychologiquement  vos adversaires craquent avant vous !

Ce sont les fameux écrémages par l’arrière utilisés par les grosses écuries du peloton comme les Sky. Dans des temps un peu plus anciens, cette méthode était déjà utilisée par les US postals ou les Festina ! Ils avaient d’autres moyens à leur disposition mais l’idée était là : partir à bloc et faire exploser tout le monde !!!

 

3/ Troisième technique l’observation et l’attaque au bon moment en côte !

En côte la position de votre adversaire par rapport à la votre est fondamentale :  devant, vous ne voyez rien et dans sa roue vous ne voyez que son cuissard ou sa tige de selle …

Observez le : au moment opportun, si vous vous positionnez correctement,  votre roue avant doit être à la hauteur du pedalier de votre adversaire. Vous êtes alors légèrement derrière lui mais de côté et vous êtes capable d’observer sa respiration, d’observer ses mouvements, voire ses rictus de souffrance et de déterminer s’il se met dans le rouge ou pas et ainsi de savoir quand attaquer précisément.

JPP 2017 - Bibi en plein effort

JPP 2017 – Bibi en plein effort quelque part entre deux cols de cette belle cyclo !

Si vous vous tenez derrière lui, vous êtes incapable de voir son visage ou de déceler des changements de rythme de respiration qui vous indiqueraient qu’il est en train de se cramer alors que c’est là que vous devez l’attaquer.

De plus, cette position légèrement décalé par rapport à lui, à hauteur de son pedalier fait qu’il aura toujours tendance à se retourner : il vous voit du coin de l’ œil et cela l’agace prodigieusement  ! Il se demande si vous le remontez pour l’attaquer ou pour le relayer mais rien ! Vous restez là et …. l’observez !

Et ça énerve !!!

 

4/ Quatrième technique pour mieux grimper :  le fractionné !

 

Dingue de vélo - grimper en danseuse façon Alberto Contador - photo Instagram Alberto Contador

Dingue de vélo – grimper en danseuse façon Alberto Contador – photo Instagram Alberto Contador

Attaquer une ascension en tête  va vous permettre d’imprimer un rythme que vous seul savez tenir : n’essayez alors surtout pas d’avoir un rythme constant ou régulier …

La plupart des cyclistes un tant soit peu réguliers et entrainés sont capable de tenir une ascension au train mais très peu sont capables d’encaisser les changements de rythme !

Si vous êtes capable à l’entraînement de faire du fartlek, du fractionné en quelques sortes en côte et dans les ascension alors vous serez capable de faire la même chose en course.

Je m’explique : plutôt que de monter au seuil toujours calé sur votre puissance maximum, calez-vous 10 ou 20 Watt en dessous ! Roulez 5 minutes à ce rythme-là puis au bout de 5 minutes, passez 10 à 20 Watt au-dessus du seuil ça va faire un écart de 40 W au global et 40 watts de différence toutes les 5 minutes, il y a fort à parier qu’au bout d’un petit moment il n’y ait plus grand monde dans votre roue à force d’accélérer et de changer de rythme …

Si vous être capable de le faire en restant assis c’est d’autant plus destructeur psychologiquement que vous allez mettre dans le rouge vos adversaires sans leur donner l’impression d’attaquer … Si vous vous mettez en danseuse et que vous accélérer franchement, ils répondent à une attaque, c’est normal. Alors que là, psychologiquement vous continuez selon les apparences à rouler au train : sauf que vous faites des accélérations tout en restant assis ! Et cette différence de 30 à 40 watts qu’ils ressentiront eux aussi va psychologiquement les faire gamberger lentement mais surement !!!

 

C’est une technique extrêmement payante mais ne vous lancez pas dans cette façon d’aborder les ascensions sans être très très bien préparé à l’entraînement sinon c’est vous qui allez sauter … C’est physiquement très dur et demande pas mal d’engagement  :  donc travaillez ça à l’entraînement !

 

5/ Cinquième Technique : l’attaque franche !

Comment progresser en côte - la montée du Semnoz

Attaque franche devant un panneau qui fait mal psychologiquement ….

 

La technique suivante est l’attaque plus traditionnelle : celle ci va se découper en zones de 15 à 30 secondes d’attaque ultra-puissante puis 2 minutes de récupération par exemple. Un enchainement de progression à un rythme plus calme qui va vous permettre de récupérer puis  enchaîner une autre attaque puissante de 30 secondes, 2 minutes plus calme, 30 secondes d’attaque, etc ….

Pour y arriver, encore une fois, vous devez vous y entraîner lors de vos séances d’entraînement : faire 30 secondes d’attaque en côte 2 minutes en I2 ou I3 puis 30 secondes attaque etc… Progressivement vous allez être capable d’enchaîner ça en compétition ou sur vos sorties avec les copains.

 

6/ Sixième et dernière technique : la destruction psychologique totale !

Il s’agit ici de semer le trouble psychologique chez vos adversaires : semer un doute absolu dans l’esprit des coureurs autour de vous en discutant de tout et de rien pendant l’ascension ! Parler du temps, parler de la météo, parler des dernières nouvelles ou du dernier jeu vidéo à la mode …

Ca va finir par leur taper sur le système et ils vont petit à petit se demander comment vous faites pour être aussi à l’aise pendant l’ascension ! Comment vous faites pour être capable de parler de tout et de rien, tout en produisant votre effort !

J’ai le souvenir d’avoir décroché mon téléphone dans une ascension une fois avec un collègue ! Il en pouvait plus, il m’a jeté un regard halluciné lorsqu’il m’a vu décrocher mon téléphone tout en continuant à pédaler : ça m’a fait bien rire mais c’est surtout psychologiquement extrêmement efficace pour semer le doute dans l’esprit de vos camarades ou vos concurrents du jour et enrayer leurs perfs physiques !!!

Mais ça c’était avant …. Maintenant je me prendrais un PV si j’effleurais mon téléphone du bout de l’ongle de mon petit doigt (…)

 

Pour conclure :

Grimper comme un pro (mais pas aussi vite lol) est à la portée de chacun d’entre nous ! Grimper et passer au sommet en tête ne se résume pas au simple rapport poids puissance …

Il faut parfois  réfléchir un petit peu et ne pas foncer tête baissée en espérant que ça passe pour nous et que ça cassera pour les autres …

Certaines de ces techniques sont plus basées sur un travail à l’entrainement bien sûr, comme souvent : faire du fractionné en côte n’est pas à la portée du premier cyclo venu mais quand vous êtes capable d’attaquer sèchement 30 secondes, récupérer 30 secondes ou une minute et remettre ça deux ou trois fois en suivant, ça fait mal  ! N’arriverons à vous suivre que ceux qui l’ont travaillé à l’entrainement …. mais là …. tous les autres seront loin …

Vous pouvez vous reporter à ces article par exemple pour progresser en côte  …  ou encore choisir entre grimper assis ou en danseuse ! Ou encore pour vous aider à préparer vos grandes cyclos 

Si le Blog et que cet article te plaît, inscrit toi ICIque je puisse t’envoyer des articles bonus pour t’aider à progresser et te prévenir des nouveaux articles !

 

 

A+

et faites gaffe sur la route

Séb

 

VIDEO VELO

Marco Pantani, la légende, l’un des meilleurs grimpeur et attaquant en montagne !

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(2 commentaires)

    • Adrien G. on 7 mai 2019 at 19 h 30 min
    • Répondre

    Encore un bel article qui nous fait réfléchir à notre comportement dans les côtes et… qui donne des idées 😉
    /// rire démoniaque ///
    Merci Seb’ et bravo pour cette qualité de rédaction qui t’appartient, ne lâche rien.

    1. Merci Adrien ! Ça fait toujours plaisir !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :