Avr 06

Récit : ma 2 eme cyclosportive, la cyclo de La Madeleine 

Hello tous

 

L’été dernier, j’étais à la recherche de ce que je pouvais faire comme cyclo après ma première Etape du Tour.

Je suis tombé sur une cyclo qui avait l’air pas mal du tout : La Madeleine !

Idéalement placée au niveau calendrier le weekend du 15 août avec le lundi férié et la cyclo devait se dérouler le dimanche 14.

Cyclo La Madeleine

Cyclo La Madeleine

https://www.facebook.com/cyclosportive.la.madeleine/

Du coup quand j’ai commencé à chercher un petit peu à quoi ressemble cette cyclo, je me suis tourné naturellement vers le blog de mon pote JC et je me suis aperçue qu’il l’avait faite 2 ans auparavant.

Et ma foi, c’était bien tentant cette cyclo ! J’envoie un mail à JC et je lui expliques que je suis bien tenté par la faire cette cyclo : on vient de faire l’étape du tour au mois de juillet tous les deux et éclairement on est chaud patate .
Bon moi j’ai bien des petits soucis de pied depuis l’étape du Tour : au delà d’un certain kilométrage de sortie ou d’une certaine intensité dans mes entraînements, c’est quasi systématique !

ça me saoule un peu mais je suis allée chez un podologue spécialiste du sport il m’a trafiqué un peu mes semelles Spécialized et je pense que ça devrait aller…

Au cours de nos échanges mail avec JC, il m’avait proposé de laisser tomber la question du logement et de venir passer le weekend chez lui à la maison.
On pouvait pas penser un plan plus cool pour un weekend cyclosportive !

Ok, il y a quand même 800 km et 7 heures de route en voiture par l’autoroute mais bon quand on aime on compte pas  ! On se planifie ça tranquille et je prévois d’arriver en milieu d’après-midi ou début d’après-midi le samedi.

Un peu à l’est de Lyon, la route se fait bien : je fais des pauses de temps en temps et m’arrête pour manger ma salade à base de pâtes histoire de faire le plein pour la course de demain. De toute façon j’ai le temps, ça sert à rien de rouler comme un dératé le GPS me fait sortir de l’autoroute à 60 ou 80 km de chez JC. J’arrive en fait par le nord en traversant des vallées bien sympathique et le paysage me change pas mal de mes Flandres natales. Je commence à comprendre pourquoi mon camarade a autant de dénivelé dans chacune de ces sorties d’entraînement : ça n’arrête pas de monter descendre par ici.

Ah j’ai presque plus de gasoil il me reste peu moins du quart de mon plein je suis à une dizaine de kilomètres de jc en croire le GPS et je m’arrête faire le plein pour repartir lundi matin comme ça ce sera fait la vache la voiture il fait une belle chaleur, un peu plus de 30 degrés mais dans la voiture avec la clim je m’en étais pas rendu compte. Je pense qu’on va avoir une super météo pour demain pour faire la course même peut-être trop chaud !

Je repars, quelques minutes plus tard j’arrive devant chez JC. je reconnais son entrée par rapport à la description qu’il m’avait fait et je vois au fond de l’allée sa voiture que j’avais pu voir déjà à l’étape du Tour je ne me suis pas trompé ça doit être là. Je suis accueilli par le molosse de la maison qui devance JC de quelques mètres …

Je fais connaissance de toute la famille, mon hôte me fait visiter son home sweet home avec une pause nettement plus marquée dans les pièces ou se trouvent vélo et le matos vélo lol !

Nous décidons finalement de partir faire une courte sortie de mise en jambe et de décrassage pour le lendemain et JC me fait découvrir sa fameuse montée du bois de Cessieux.  Une montée de 2.2 kms à 8,1%, bien sympa pour faire monter le cœur et se mettre au rythme course du lendemain !  La sortie de déblocage quoi….

 

JC m’a attendu sur le haut, c’est une sacré montée et on la monte bien vite pour se mettre en jambe !

 

Une bonne douche en rentrant et nous nous affalons au canapé à regarder les jeux olympiques sur piste à la télé jusqu’au dîner que nous prenons sur la terrasse… On est clairement à fond dedans !!!

Nous ne traînons pas trop tard en regardant les épreuves sur piste et sommes couchés tôt, le lever est aux aurores vers 05h pour aller retirer nos dossards à la station de St François Longchamp.

Saint François Longchamp en été

Saint François Longchamp en été

Lorsque je me lève JC est déjà dans la cuisine, nous avalons notre petit déj’, je fais goûter mon gâteau sport maison aux abricots à mon hôte et nous mettons le cap sur la cyclo.

Nous arrivons un peu avant 08h sur place et cherchons un peu le chapiteau qui est bien caché en contrebas sur un parking vers le haut de la station, de loin impossible de le voir, c’est le jeu de piste pour le trouver …

A la fraiche retrait des dossards

A la fraiche retrait des dossards

Nous laissons une pièce d’identité en guise de caution pour la puce GPS et recevons notre kit de départ, avec un opinel gravé de le station bien sympa en souvenir

 

L'Opinel souvenir gravé Saint François Longchamp

L’Opinel souvenir gravé Saint François Longchamp

Il y a plusieurs parcours et nous nous sommes inscrits pour le médium, nous voulons nous faire plaisir mais sans souffrir non plus exagérément, nous avons tous les deux un peu levé le pied après l’Etape et sommes un peu à court de kilomètres probablement pour le grand parcours …

Le parcours moyen, 115 kms, 3 cols

Le parcours moyen, 101 kms, 3 cols

Nous sommes bien en avance et patientons tranquillement sur la ligne en observant le ballet des organisateurs. Tout est bien rodé, nous ne sommes pas hyper nombreux en ce 14 août, les congés et la difficulté du parcours : nous sommes peut être aux alentours de 500 tous parcours confondus ?

La Madeleine, JC en attente sur la ligne de départ

La Madeleine, JC en attente sur la ligne de départ

Le départ et la descente de la Madeleine est neutralisé. C’est une excellente chose, nous descendons en un long cortège de cyclistes et de crissements de freins sur les jantes !

Nous croisons quelques voitures, la route n’est pas fermée à la circulation c’est vrai… Les conducteurs sont prudents ceci dit et doivent se demander ce qu’on fait aussi nombreux là !

Nous arrivons tant bien que mal sur la commune de la chambre et nous stationnons sur la ligne de départ réelle cette fois. Nous sommes assez loin de la  tête et allons devoir nous employer pour remonter une fois partis !

JC discute avec quelques amis et le départ est donné ! Ça part à un bon rythme et je dois me faufiler à plus de 45 km heure pour aller chercher la roue de mon camarade et remonter avec lui. Jc est la bonne roue que je dois prendre ici (….)

Nous passons quelques faux plats à ce rythme soutenu quand toujours en paquet nous entamons une petite bosse : ça freine brutalement,  ça tasse un peu partout autour et je vois jc juste devant moi se faire accrocher par le gars à sa droite ! Ils volent tous les deux à terre je me vois y passer aussi….

Vieux réflexe de mes courses de jeunesse  : j’évite de justesse la roue avant au sol et entendant jc crier je m’arrête une dizaine de mètre plus loin en me retournant.

 

Je le vois se relever de suite,  je suis soulagé et il me crie de ne pas l’attendre et de rouler !

Je repars mais j’ai perdu pas mal de places dans le peloton en m’étant arrêté de la sorte.

Je l’ai vu se relever mais je ne peux pas m’empêcher de penser à mon camarade : comment va t il ? J’espère qu’il n’est pas trop amoché …

 

Nous sommes stoppés un peu plus loin : il y a un troupeau de vaches au milieu de la route j’entends dire autour de moi ! Elle bien bonne celle là …

Nous mettons pied à terre et prenons notre mal en patience et plaisantons avec mes voisins de peloton sur la nature et la cause de cet arrêt brutal ! Nous repartons et nous arrêtons à nouveau une paire de kilomètres plus loin. A priori la course a été neutralisée à cause des vaches et les organisateurs tentent de remettre un peu d’ordre dans cette grande pagaille !

Stoppés par un troupeau !

 

Le temps est magnifique, les participants plaisantent et discutent les uns avec les autres. Nous repartons enfin, et là … ça barde !!! Purée, ça roule, mais franchement quoi !

sacrés bouts droits et vitesse avant le premier col !

sacrés bouts droits et vitesse avant le premier col !

Avec la chute de JC je me retrouve assez loin de la tête et manque les bons wagons, je suis incapable de boucher seul certaines cassures et même si je bouche quelques trous, cassures après cassures j’aborde le premier col avec un paquet d’une bonne dizaine de gars. J’ai toujours la chute de jc en tête et suis inquiet pour son état et son vélo….

 

Je prends cependant rapidement mon rythme et sort seul de ce groupe au final dès les premiers hectomètres du Col du Champ Laurent. Après quelques lacets, j’ai 2 ou 3 gars revenus au train  dans ma roue dont un qui m’interpèle en me disant “hé la Datcha t’as un bon coup de pédale !”

Je me retourne et lui dit en rigolant que je m’en sors pas trop mal pour un Flamand ? Et là qu’est ce qu’il me répond ? ben qu’il connait les Flandres et le Mont Cassel ! Mais LOL !!!

On discute un peu tout en continuant notre progression à un bon rythme et j’entends la voix de mon diable de JC qui arrive lui aussi dans nos roues !!!

Je suis content de le voir là sain et sauf, juste un peu de matos abîmé apparemment et grace à nos différents arrêts il a pû revenir…

JC c’est quand même une sorte d’extra terrestre dans les cols, il a levé le pied 2 secondes en arrivant à ma hauteur mais il embraye et je ne tente pas de le suivre (à tort ? peut être aurais je dû essayer ? en tous cas il s’en va et je continue à mon rythme).

Je passe les 9 kms à 8,2 % de ce premier col en 47 minutes.

1 er col, le Champ Laurent

1 er col, le Champ Laurent

 

Une rapide descente ou je ne croise plus déjà que quelques participants de ci de là et le Grand Cucheron se profile de suite … Il ne fait que 4 kms à 7,3 % et il est franchi sans encombre en 19 mn.

 

2 eme col, Le Grand Cucheron

2 eme col, Le Grand Cucheron

 

Je me fait reprendre un peu après la descente par un petit groupe ou se trouve d’ailleurs une féminine et je m’accroche malgré une amorce de crampes dans les longs plats que nous prenons encore une fois à bonne allure. Je manque de lacher plusieurs fois mais je tiens bon en me disant que ce serait pire pour les jambes si je me retrouvais à devoir rouler seul …

Bien m’en a pris et nous restons ensemble à une dizaine jusqu’au ravitaillement précédant la scission grand/moyen parcours. Mince ils partent tous sur le grand !

Cette fois je suis tout seul …

Je me retrouve sur quelques longues lignes droites dans la vallée pour revenir vers le pied de la Madeleine mais je ne vois personne au loin, je me demande même si je ne suis pas sorti du parcours (…)

Les kms avant de revenir vers la Chambre me paraissent bien longs ainsi esseulés, c’est un sacré contraste avec l’EDT le mois dernier ! Mais qu’importe, il fait beau, chaud même, c’est super agréable, JC va bien, son accueil pour le WE est top et je ne me porte pas trop mal ma foi pour mes 44 ans sur mon vélo : que demander de plus ?

Je traverse la commune de la Chambre et reviens sur un participant avant le pied de l’ascension. Je reste avec lui mais dès que la route s’élève il ne me suit plus.

19 kms ce Col de la Madeleine, c’est énorme ! Après deux autres cols, sous ce soleil, et bien j’en bave, après quelques kilomètres j’ai les pieds qui chauffent sous cette chaleur et je m’arrose les chaussures avec un bidon. Cela me soulage instantanément et me redonne périodiquement un petit coup de fouet. Tout est relatif hein … Je vois sur la droite un ravito de l’organisation, je m’arrête on échange quelques mots avec des volontaires très sympathiques sur ce beau temps et les voyons passer en mode avion les premiers du grands parcours qui sont déjà là !

Le soleil cogne bien et je repars en oubliant mon deuxième bidon sur la table, je m’en aperçois une trentaine de mètres plus loin et repars le chercher (…)

Dans la fin de la Madeleine, la je souffre franchement !

Dans la fin du col de la Madeleine, la je souffre franchement !

Je monte à l’économie la première partie de la Madeleine, je sens que je suis plus que limite sous le cagnard mais en dehors de quelques cyclos du grand parcours qui me passent les doigts dans le nez, je ne vois pas grand monde ni devant ni derrière …

En traversant Saint François alors qu’il ne reste plus que 3 ou 4 kms, je met pied à terre 10 secondes pour vérifier ma roue qui me donne le sentiment de frotter et … je me prend de sévères crampes au moment de rechausser ! Pas moyen … je n’arrive à rechausser des deux pieds dans mes pédales looks qu’en m’appuyant sur une balustrade en bois sur le coté !

Une dame au bord de la route me regarde souffrir pour repartir et semble navrée de ne pouvoir m’aider, je ne peux pas lui en vouloir !

Le tronçon entre la station et le sommet est un long calvaire crampes, j’essaie de tourner les jambes au maximum pour faire passer les crampes. Je prend cher question douleurs musculaires et crampes à l’arrière des cuisses. Je me dis  que je ne vais jamais arriver au sommet avec des crampes pareilles… Et à force de mouliner sur mon 34×28 miracle elles finissent par passer !

Il me reste maintenant moins d’un kilomètre et j’entrevois le sommet quand je croise JC qui attaque la descente ! Je me retourne, je le vois faire demi tour pour venir me rejoindre au sommet … Génial !

Je passe la ligne, content d’en finir avec ce Col de la Madeleine et sa cyclo, elle n’est pas classée 7 eme plus dure cyclo du pays pour rien … Même avec le parcours médium, elle fait mal !

Au final j’ai mis plus de 2 heures sous ce soleil monstrueux d’août pour atteindre le sommet :

3 eme col, La Madeleine (à pied lol)

3 eme col, La Madeleine (à pied lol)

 

Et j’ai bien souffert … Le sourire, euh … là pour la photo, je peux pas :

 

Je demande à des estivants s’ils veulent bien nous prendre en photo avant que nous entamions notre descente et nous posons fièrement tous les deux devant le monument au sommet du col dans un paysage magnifique.

 

A l'arrivée de cette belle cyclo de la Madeleine, avant de redescendre à St François Longchamp

A l’arrivée de cette belle cyclo de la Madeleine, avant de redescendre à St François Longchamp

 

Nous redescendons rapidement à la station, la voiture est là bas et nous pouvons aller nous restaurer sous le chapiteau de l’organisation. Un menu montagnard nous permet de recharger rapidement une partie de nos accus et nous pouvons également prendre connaissance du classement qui sort petit à petit déjà !

Avant de sauter dans la voiture pour rentrer je file dans un magasin acheter du fromage et du saucisson pour Séverine et les enfants,  ce qui me permettra de dire à notre petite Jade que Papa a gagné des saucissons à sa course !!!
Il s’agit là de ma 2 eme cyclosportive en 2016 après presque 25 ans d’arrêt du vélo et je suis très content, peu importe à la limite mon classement, je retrouve tout le plaisir de rouler, de frotter, de partager ma passion avec d’autres passionnés !

 

Mon classement :  

56 eme sur 91 classés sur parcours medium

12 eme catégorie sur 21 classés dans ma catégorie sur le parcours medium

JC fini lui 7 eme catégorie, malgré sa chute, c’est pas rien !

 

Je ne cache pas qu’au retour nous étions passablement éteins JC et moi, ce genre de cyclo sous un soleil d’été dans les Alpes, ça vous calme physiquement pour quelques heures !

 

Mais qu’importe, si j’ai l’occasion de la refaire, je la referais, et d’autres probablement également, tant je kiffe ces cyclos de montagne…

 

Un grand bravo à l’organisation nickel et ma chérie qui m’a laissé faire tout ce trajet pour descendre depuis notre Nooord pour venir participer !

 

La cyclo de la Madeleine vu par mon pote JC :

http://colsavelo.over-blog.com/2016/08/cyclosportive-la-madeleine-dimanche-14-aout-avec-sebastien.html

 

A+

Séb

 

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

1 ping

  1. […] Récit : ma 2 eme cyclosportive, la cyclo de La Madeleine  […]

Laisser un commentaire

//my.hellobar.com/9b47767b1a11863a0dcccd47ef69fd08d09d268e.js
%d blogueurs aiment cette page :