Mar 03

Mon Etape du Tour 2016 : récit, ma première cyclo sportive depuis 25 ans !

hello tous

J’ai toujours été fan de vélo depuis à peu près l’age de 10 ans. Je regardais le Tour de France avec passion en étant ado et à 13 ans j’avais ma première licence FFC en poche. J’ai courru en FFC jusqu’en junior et me suis consacré ensuite à mes études en arrêtant quasi totalement le vélo.

 

En juillet 2015, 25 ans et 25 kilos plus tard, en vacances à la Toussuire en plein mois de juillet la semaine de passage du Tour je suis tombé sur une cyclo sportive … L’Etape du Tour : c’est quoi ce truc ? Ils sont bien nombreux dans la station depuis 2 jours ?

Les cadors qui passent devant moi à 800 m de la ligne à la Toussuire en 2015 !

Les cadors qui passent devant moi à 800 m de la ligne à la Toussuire en 2015 !

Quelques recherches sur le net plus tard et ballades dans le village de l’Etape, je me rends compte qu’en fait je suis sur le lieu d’arrivée de l’étape des pros certes mais aussi de l’Etape du Tour 2015 et qu’ils sont près de 15 000 à la faire ! Je passe la journée à les regarder passer. Le premier vers midi, à 20h il en arrive encore !

Et à l’issue de la journée je n’ai qu’une envie : faire l’Etape du Tour 2016.

Etape du Tour 2016

Seulement voilà, je fais 1m72, plus ou moins 95 kilos et ne roule plus depuis plusieurs années …Il y a donc du boulot !

 

12 mois d’entrainement construit pas mes soins en me basant sur mes connaissances, le Web et ma motivation : je me retrouve à 69 kilos et pas loin de 8000 kms dans les jambes !

A un feu rouge en juin 2016 pendant l'entrainement dans le sud

A un feu rouge en juin 2016 pendant l’entrainement dans le sud

Lors de notre semaine de vacances en juin, j’ai eu l’occasion de grimper le Ventoux par Bédouin pour une première également. En une heure 38 minutes, cela me paraissait pas mal.

Dans le Ventoux, mon premier "Col"depuis 25 ans !

Dans le Ventoux, mon premier “Col”depuis 25 ans !

Au retour un WE prolongé en Savoie m’avait permis de reconnaître les Aravis, la Ramaz, et le col de Joux Plane ! Par un temps exécrable, froid, pluie mais la reco s’est bien passé, malgré tout, tranquille …

Etape du Tour 2016

Etape du Tour 2016

Nous arrivons donc sur Megève le vendredi en fin d’après midi et fonçons récupérer les clés de notre appart que nous avons trouvé à Flumet à 10 kms de là. Nous vidons vite fait les bagages et fonçons de suite à Megève retrouver Jean-Christophe et son épouse à l’entrée du village pour le retrait des dossards.

Jade devant le panneau des 15 000 inscrits 2016

Jade devant le panneau des 15 000 inscrits 2016

J’ai fait la connaissance de JC par l’intermédiaire de son blog et c’est la première fois que nous nous rencontrons IRL (en vrai). Nous discutons quelques instants, il est épaté par mes 28 kgs perdus sur un an et ce qu’il voit sur Strava… je ne me fais pas d’illusions malgré tout ; je viens de loin et même si j’ai de bons restes de ma jeunesse, je n’ai pas son niveau impressionnant en montagne.
C’est qu’il rentre dans les 100 premiers le bougre ! Dans les 100 meilleurs sur 13 à 15000 coureurs,  même si une partie d’entre eux ne font pas la course du tout, je trouve que c’est une sacré perf passé 40 ans ! JC attendait notre arrivée et nous ne nous attardons pas outre mesure avec eux et les laissons redescendre avec son épouse vers leur camping.

Le village de l'EDT 2016

Le village de l’EDT 2016

Le cadre est assez exceptionnel, le village est installé dans un cirque en altitude proche de l’héliport et nous sommes entouré de verdure et montagne, c’est magnifique.

Le vendredi après midi sur le village départ au coeur de la montagne !

Le vendredi après midi sur le village départ au coeur de la montagne !

Des exposants nous invitent au rêve devant des vélos tous plus beaux les uns que les autres. J’en profite avec ma blonde pour compléter la tenue qu’elle viens de m’offrir en achetant une paire de gants assortis à mon cuissard et maillot la Datcha que j’adore !

Mon cadeau d'anniversaire, reçu de ma chérie pour mes 44 ans, l'ensemble cuissard maillot La Datcha que j'adore !

Mon cadeau d’anniversaire, reçu de ma chérie pour mes 44 ans, l’ensemble cuissard maillot La Datcha que j’adore !

 

EDT 2016 Le vélo de Spartacus sur le stand Trek

EDT 2016 Le vélo de Spartacus sur le stand Trek

 

Le profil de cette grande cyclo comptait initialement 4 cols et 146 kms mais des éboulements ont conduit le préfet et l’organisation à raccourcir l’Etape et escamoter le col de la Ramaz. Il était impossible de faire passer 15 000 cyclistes dans la descente de la Ramaz alors qu’à tout instant des glissements de terrain pouvait obliger les autorités à couper la route dans la journée. C’est dommage mais plus raisonnable.

 

EDT 146 kms officiel Megeve morzine

EDT 2016 : 146 kms le parcours initial Megève Morzine

 

 

L’Etape au final ne compte que 122 kms et une portion d’une cinquantaine de kilomètres assez roulante entre le bas de la Colombière et Samoens, le pied du col de Joux Plane.

EDT 2016 Le parcours modifié

EDT 2016 Le parcours modifié

Pour une première, c’est amplement suffisant me dis-je même si cela m’enlève un peu du plaisir que j’avais d’avoir fait la reco de la Ramaz en juin et d’être prêt à affronter les pentes bien raides au niveau des paravalanches !

 

Dimanche 10 juillet, nous y sommes, je me lève à 4h30, une douche vite fait.

 

Mes affaires sont prêtes depuis la veille, histoire de ne rien oublier …

J’attrape la frontale et met ma veste fluo, il fait encore sombre dehors mais depuis le balcon de la résidence j’ai vu sur la route que nous allons emprunter tout à l’heure et déjà je vois passer des gars en vélo qui comme moi prennent le parcours à l’envers pour aller rejoindre le départ !

 

Je fais un bisou à ma blonde et je file.

 

Les jambières ne sont pas de trop, même en juillet, à la montagne à 05h du matin il fait frais lol !

 

Je mouline tranquille dans ce long faux plat de 10 kms qui m’amène vers Morzine en passant par Praz sur Arly. Il y a des gars partout au bord de la route en train de se préparer au cul de leur voiture … On sera quelqu’uns je pense à passer ici tout à l’heure !

EDT 2016 L’emplacement des sas de départ à MegèveLa ligne de départ est ici tiens, une énorme struture gonflable est en place par rapport à hier ! Tout est bien indiqué, je croise des gars sacrément affutés, ce sont les gars des premiers sas qui partent à 07h avec mon pote JC. Ils ne sont pas gras les gaillards, ça va filer comme des avions ça !

 

Je trouve facilement l’emplacement de la zone consigne, c’est super bien organisé… Je flippais un peu à l’idée de laisser mon sac avec mon imper, mes lunettes de vue et une paire de bricoles mais franchement je suis rassuré quand je vois l’organisation même pour la consigne ! Les volontaires sont super partout !

 

Je remonte tranquillement la file des sas, je me suis engagé trop tôt dans la longue avenue de départ et suis obligé de remonter le long des barrières pour atteindre le sas 12 ! Les organisateurs pour ma première EDT m’ont gâté, ils n’avaient aucune référence pour me classer et m’ont gentiment classé avec un dossard 12559 …

 

Départ prévu vers 08h30 alors que les premiers partent à 07h, il doit y avoir un départ toutes les 10 mn à peu près, avec plus ou moins 1000 participants dans chaque sas. Partir à 15000 en même temps, juste le délire quoi … Du coup les départs sont étalés !

EDT 2016 L'emplacement des sas de départ à Megève

A 06h je suis déjà dans mon sas ! On est pas nombreux encore à cette heure là dans le sas 12 … Je cale mon vélo le long de la barrière devant moi et décide de m’assoir tranquille quoi !

 

Assis dans mon sas 12 à attendre mon heure !

Assis dans mon sas 12 à attendre mon heure !

J’observe le ballet des cyclos tout autour, pas mal d’anglais, je tape un peu la discut’ avec l’un d’entre eux qui me demande de bien vouloir veiller sur son vélo le temps qu’il aille se soulager une dernière fois dans les toilettes mobiles toutes proches …Il rigole en voyant mon fond d’écran de smartphone : une sorte de mutante à la poitrine imposante et me demande en anglais si c’est pour me motiver sur mon vélo (…)

 

Il y a en permanence des zouaves qui essaient de négocier l’accès à un sas qui n’est pas le leur (…) Heureusement que tout le monde ne fait pas ça !

 

On se réchauffe comme on peut, le soleil se lève à peine et des maisons nous masquent ses rayons, j’essaie de me décaler un peu pour trouver un peu de chaleur de temps en temps mais les places finissent par se faire chère l’heure avançant.

 

Vers 07h nous avons vu l’hélico filmant les premiers départs se mettre en route, JC doit déjà être en route lui !

 

Le sas devant nous s’en va tranquillement, il y a une sorte de faux départ en fait, de notre sas à la ligne de départ réelle, deux gars en VTT nous retiennent derrière jusqu’à la ligne en tenant un rubalise entre eux lol !

 

Bon, nous voilà arrêtés devant le podium de départ, de la musique, le speacker qui nous donne quelques dernières consignes de prudence et il fait un peu le show. Ca sent la grosse organisation et l’esbrouffe un peu quand même. Mais bon je ne boude pas mon plaisir d’être enfin là après 12 mois de sacrifices et de préparation !

 

Un dernier décompte et il nous lâche !

 

Je suis dans les tout premiers du sas, je ne voulais pas me faire enfermer direct dès le départ …

 

Le départ est très roulant et je me positionne dans les tout premiers de cet énorme peloton pour arriver au pied de la première bosse dans les 2 ou 3 premiers du Sas 12, à 2 ou 300 mètres devant nous nous voyons déjà la fin du sas précédent !

 

Et ça ne fait que commencer …

 

Il y a quelques gars qui me passent dans la première bosse, je monte vite mais sans me mettre dans le rouge avant le premier col qui est encore à 5/6 kms après une brève descente ce cette bosse ci.

 

Un peu avant la fin de la bosse je vois une fille assise dans le fossé, une concurrente avec son vélo et son dossard, elle fait quoi celle là ? Euh…. Elle est en train de bidouiller son smartphone mdr, on aurait dit une japonaise, asiatique en tous cas ! Ils sont fous ces japonais je me dit !!!

Pas certain de la voir aller au bout celle là !!

 

Je me reconcentre et attaque la descente vers Flumet au pied du col des Aravis, j’avais reconnu ce col sous la pluie, là on a grand soleil et ça ne fait que commencer. Je monte sur un bon rythme toujours en veillant mon cardio à ne pas trop taper dedans … Punaise il y a du monde partout ! Je remonte en permanence des vélos, je serre à gauche, on a pour consigne en théorie de serrer à droite pour laisser passer les concurrents plus rapide qui viendraient de l’arrière !

 

La consigne est relativement bien suivie, de temps en temps je me signale en français ou en anglais quand je me fais serrer dans la bordure mais ça casse un peu le rythme à force. Et même si je remonte en permanence, cela me donne un faux train, dans la mesure ou je ne suis pas emmené par plus fort que moi et cette remontée permanente fini probablement par me ralentir.

 

Je prends soin de bien manger et bien boire pour éviter les crampes. Je ne m’arrête pas au premier ravito, il y a déjà du monde là ! Au stand d’assistance technique aussi, il y avait des nids de poule par endroit et certains ont crevé ou des soucis mécaniques visiblement.

 

La descente des Aravis se fait tranquille, je reste prudent mais double encore du monde…

Prudence dans la descente !

Prudence dans la descente !

Je grille encore le ravito avant le pied de la Colombière, il me reste un peu à boire et en solide j’ai ce qu’il faut ! Je ne comptais pas sur l’organisation pour l’alimentation, j’ai prévu ce que je prends à l’entrainement depuis des mois. Ainsi je suis sûr de ne pas avoir de défaillance ou de problèmes digestifs. J’ai même prévu des tubes vides d’aspirine pour ma poudre énergétique !

On attaque la Colombière et il fait très chaud, je sens un début de crampes et décide de ne pas forcer. N’ai-je pas assez bu jusque là et eu tort de griller les premiers ravito ? Ou est ce les efforts sur la portion roulante qui m’ont fait mal aux pattes ? je ne sais pas mais je tourne un peu à l’économie tout en continuant une sérieuse remontée.

La chaleur est présente et ça souffre et coince de partout déjà on dirait !

Quelques gars biens secs et bien affûtés me passent dans la montée, je n’essaie pas de les suivre et continu tranquille sur mon train de flamand !

Montée au train

Montée au train

Ouf voilà le ravito à mi pente de la Colombière, celui là je ne le grille pas, mes bidons sont vides, j’en ai besoin.

 

Je vise à droite, personne, je remplis vite fait mes deux bidons, verse de la poudre dans l’un et c’est parti. Un volontaire me tend un verre d’eau, j’en bois la moitié et me verse l’autre sur la nuque. Brrrrr …. Elle est fraîche mais ça fait du bien !

Je repars de suite et attaque la deuxième partie de la Colombière. Je me sens un peu mieux que dans la première partie mais reste prudent, ce col je ne l’ai pas reconnu…. Il y a pas mal de monde au bord de la route, des familles qui repèrent les leurs au loin dans les lacets mais encouragent tout le monde comme il se doit : c’est très sympa et bien motivant ! Le col est roulant mais on en chie quand même. Il doit y avoir des chutes parce que de temps en temps une ambulance et des motards nous obligent à nous rabattre pour foncer sur le parcours ! J’espère que rien n’est arrivé de trop grave …

 

Je passe le sommet dans une sorte d’état second, beaucoup s’arrêtent là haut, je me sens bien, je me faufile et bascule dans la descente. Je redouble de prudence parce que je sais qu’il y a du gravillon dans celle-ci, je l’ai vu dans des vidéos de reco sur You Tube. Je me fais plaisir néanmoins, la route est fermée à la circulation et on peut prendre des trajectoires relativement bonnes, les cyclos sont pas mal espacés malgré tout dans cette partie du parcours. La descente terminée, nous attend une longue portion de plat avant Joux Plane, mais dès les premiers kilomètres de plat en traversant une ville je me prends de grosses crampes à l’arrière des cuisses …

Peut être ai-je trop forcé dans les sorties de virage en relançant avec un gros braquet, je ne suis pas habitué à ces descentes et ne sais sans doute pas assez m’économiser dans celles-ci !

 

Je suis quasiment cloué sur place et n’arrive plus à tourner les jambes, c’est un comble, moi le flamand, le routier qui roule toujours dans le vent dans les Flandres, je me retrouve à 20 à l’heure pour tourner les jambes sur le plat et essayer de faire disparaître la douleur !

 

J’en profite pour souffler un peu et m’alimenter mais laisse aussi filer quelques groupes qui doivent se demander ce que je fais tout seul comme ça à me traîner et ne pas essayer de m’accrocher à leurs roues.

 

Au bout de 3 ou 4 kilomètres je reprends du poil de la bête et accroche un paquet, pas très nombreux, une dizaine tout au plus et le compteur monte d’un cran !

 

Mes jambes vont de mieux en mieux, mes séances avec le groupe Btwin du midi paient, ça roule fort avec eux et là je suis à l’aise. Ça ne dure pas vraiment parce qu’un gros peloton arrive de l’arrière et ceux là roulent dur ! Je saute dans les roues des derniers et m’accroche, ça roule à plus de 40 kilomètres heure mais je suis toujours bien. Les faux plats passent à une vitesse du diable et on remonte d’autres paquets. Un nouveau paquet arrive de derrière, un poil plus vite encore mais je n’en peux plus, j’ai besoin de m’arrêter pour vider ma vessie mdr … Je les laisse filer et m’arrête en haut d’un grand faux plat.

 

Je me soulage rapidement en me demandant ce que je fais là au final ! Quelle drôle d’aventure depuis un an quand même ! tous ces effort et je viens de passer les deux premiers cols déjà, je suis au-delà de ma mi parcours et je ne me porte pas trop mal ma foi en dehors des crampes de tout à l’heure !

 

Je repars et accroche un nouveau peloton qui roule pas mal, Mais alors je hais les gars qui provoquent les cassures ! On est obligés régulièrement de faire l’effort pour reprendre une roue : on remonte énormément de gars qui essaient de s’accrocher mais n’en ayant plus la force provoquent des cassures dans le groupe … Nous approchons de Samoens et les jambes un peu dures de tous ces efforts sur le plat, je me laisse décramponner du groupe, lassé de ces cassures, je me dis que je vais quelques kilomètres plus tranquille avant d’attaquer Joux Plane et son premier kilomètre à 10% !

 

D’autant que je commence à avoir mal à la plante des pieds sous l’effet conjugués de la chaleur et de la pression continue que j’exerce sur les pédales depuis le départ … Et puis j’ai des chaussettes neuves, peut être trop épaisses de ce temps-là, je cogite  et mes pieds me font souffrir !

 

Ravito dans Samoens, pas trop de monde, je suis servi de suite, il fait une chaleur de dingue, sans doute autour de 34. Je dois avoir l’air d’avoir chaud, le volontaire qui viens de me remplir mon bidon me demande si je veux le reste de sa bouteille sur la tête ?

Ça c’est une rude bonne idée ! « Allez y oui » que je lui réponds en rigolant …

 

Oh punaise, ça met un coup de fouet une demi bouteille d’eau fraîche sur la tête !!!! « ça fait du bien » lui dis je en le remerciant du fin fond de moi-même

 

Je fais quelques mètres pour enfourcher mon vélo et décide au final d’enlever ces putains de chaussettes …. Mes pieds ont peut être gonflés avec la chaleur et en Flandre la chaleur ce n’est pas ce qu’on a le plus souvent pour rouler …

En repartant je passe sous un jet d’eau frais et cela me fait encore du bien !

 

Le pied de Joux Plane : la pente est raide, les cyclos sont collés à la route, j’attaque bien en danseuse et remonte énormément de monde encore. Sur les premiers kilomètres il y a beaucoup de spectateurs qui nous encouragent, la pente est sévère et cela fait du bien. J’en entends qui m’encourage et m’appele Contador avec mon maillot Fluo de Tinkof ! C’est bon enfant et me fait du bien au moral.

Joux Plane, le dernier col de cette EDT 2016

Joux Plane, le dernier col de cette EDT 2016

Les gars zig zag dans tous les sens dans Joux Plane, j’en vois même un tomber sur son coté droit quelques mètres devant moi : des spectateurs se précipitent sur lui et s’en occupent, je ne m’arrête donc pas, cela ne servirait à rien.

 

Les zones d’ombres sont prises d’assaut par des hordes de cyclistes qui fuient le soleil et n’en peuvent plus …

De mon coté les jambes vont bien, ça réponds pas mal mais mes pieds me font vivre un cauchemar, dès que je me met en danseuse j’ai mal ! On dirait qu’on me plante une aiguille en plein milieu de la plante des pieds. Et comme j’aime bien monter en danseuse étant donné la pente et mes ischios jambiers qui commencent à durcir quand je monte assis, hé bien, j’ai mal en permanence aux pieds, une horreur …

 

A ce moment là, je me disais que j’étais tarré d’avoir voulu faire cette cyclo, que c’était la première et dernière !

 

Maillot bien ouvert, il fait chaud ...

Maillot bien ouvert, il fait chaud …

Il y a des petits malins qui ont installé un stand avec des boissons payantes, c’est abusé … Sur la gauche il y a un abreuvoir, je vois une foule de gars s’y arrêter pour se rafraîchir !

 

Et toujours partout, le moindre arbre, la moindre maison en bordure de la route, des gars à l’ombre, c’est impressionnant … Je mate les numéros de dossards autour de moi, j’ai un 12 559, je commence à voir des 7000, des 5000, la vache, j’en ai remonté du monde on dirait !

Je remonte encore du monde dans Joux Plane !

Je remonte encore du monde dans Joux Plane !

 

J’échappe aux crampes au final dans ce dernier col et fini pas trop mal au sommet malgré mes pieds qui me font endurer le martyr ! J’ai de bonnes jambes mais quand j’appuie, ma plante des pieds me dit non …

Quelques dizaines de mètres devant moi je vois deux gars au bord de la route qui nous proposent de nous arroser : ils nous font signe pour savoir si ça nous intéresse et nous incitent à passer près d’eux à droite. Je les ai vu de loin et leur crie “oui, allez y, merci !!!!” .

Je continue sur mon rythme de pseudo grimpeur flamand et reconnait le dernier kilomètre que j’avais fait sous la pluie en juin, je ne suis pas fâché d’en finir !

 

Je bascule en haut de Joux Plane vers la dernière petite bosse surprise, elle passe bien et attaque définitivement la descente ! Je suis heureux, je sens que la fin est proche et que je fini en forme, personne ne me passe dans la descente et je fais le dernier kilomètre à bloc (enfin pour moi lol) …

Dans un virage juste avant la ligne il me semble entendre la voix des enfants qui crient mais je ne les ai pas vu trop occupé à relancer en sortie de virage et à chercher la ligne du regard loin devant moi ! Il reste quelques centaines de mètres et je passe la ligne ivre de joie !

EDT 2016, Le portique d'arrivée à Morzine

EDT 2016, Le portique d’arrivée à Morzine

Je l’ai fait, bien fait, je regarde mon compteur : plus ou moins 05h15 ! Wouah, il y a quelques mois mon objectif était de finir et de ne pas me mettre minable ou poser pied à terre dans les cols, et là je fini pas mal quoi !

 

On me remet la médaille et une casquette de finisher, j’attrape un verre d’eau et laisse la place aux suivants qui arrivent en un flot ininterrompu. La sono hurle, il y a du monde partout.

La médaille et la casquette de Finisher

La médaille et la casquette de Finisher

 

Je réalise qu’il fait une chaleur de dingue là à l’arrêt plein soleil.

Je me pousse un peu, attrape mon téléphone dans mon maillot et appelle Séverine : “vous êtes ou ?”

“on arrive, les enfants t’ont vu passer, mais t’es passé trop vite, je t’ai même pas vu moi !”

Ce sont bien les enfants que j’avais entendu à moins de d”un kilomètre de la ligne. Ils m’avaient reconnu avec mon maillot fluo !

 

En fait, ils venaient d’arriver quelques minutes avant : Séverine a galéré pour rejoindre Morzine avec les déviations, Jade malade dans la voiture. La totale !

 

ça y est, je les vois venir vers moi. je ne sais pas qui est le plus fier : moi d’avoir fini ou eux de m’avoir vu passer à fond de train et être déjà là parmi tous ces cyclistes en ayant fini eux aussi …

 

Je passe un coup de fil à mon pote JC : il fini en moins de 4 h et décroche une place dans les 100 après celle de 2012, je suis très impressionné !

 

EDT 2016, mon pote JC passsant la ligne

EDT 2016, mon pote JC passsant la ligne

 

Mon ami Jean-Christophe (VCBJ) – 96 ème sratch en 3h59min25

Le récit de son étape :

http://colsavelo.over-blog.com/2016/07/l-etape-du-tour-2016-megeve-morzine-dimanche-10-juillet.html

 

Chez les feminines, Edwige Pitel l’emporte en 3h56min37, devant Magdalena De Saint Jean en 4h09min06 et Jeanne Collonge en 4h11min15.

 

Nous mangeons un hot dog vite fait, je récupère mon sac aux consignes et décidons finalement de partir rapidement. la chaleur est assez insupportable, les zones d’ombres rares et la sono hurle les décibels, c’est assez désagréable. Dommage cela gache un peu le plaisir d’être là dans cette ambiance de fête et de vélo.

J’apprends que les gars de la Team Skoda que je suivais sur Youtube depuis le printemps ont fait fort puisque Tao a remporté cette Etape du Tour : chapeau !

EDT 2016 Tao Quemere Vainqueur

EDT 2016 Tao Quemere Vainqueur

 

Nous retournons tranquillement vers la voiture, les enfants portent une partie de mes affaires et me posent plein de questions ! Je n’ai pas si mal aux jambes que ça et me dit que mes entraînements y sont pour beaucoup … ceci dit je ne serai pas rentré en vélo à 60 kms de là !

On rentre suffisamment tôt à la résidence pour que je regarde la fin de l’étape du Tour de France du jour avec la récompense qui m’attend depuis Noël au frais : une putain de bonne bière !

Elle se déguste celle là après les 3 cols dans une chaleur éprouvante !

Elle se déguste celle là après les 3 cols dans une chaleur éprouvante !

Je finis ma première étape du Tour en 5h13 mn, et mon classement définitif donne la 2929 eme place sur 11 158 finisher cette année ! En étant parti avec un dossard 12 559, JC me dira que j’ai gagné à peu près 9600 place !!!

Classement officiel de mon Etape du Tour 2016

Classement officiel de mon Etape du Tour 2016

J’ai bien souffert quand même dans Joux Plane même si je n’étais pas le seul !

EDT 2016 quelques segments Strava

EDT 2016 quelques segments Strava

L’année prochaine ? Je remet ça !

 

Je remercie encore une fois mes enfants pour leurs encouragements, leur patience. Et tout particulièrement ma géniale chérie blonde Séverine qui m’a soutenu pendant un an.
Lessives hallucinantes de fringues de vélo, repas, régime continu et exigent, massages, réservations de vacances, encouragements permanents, patience, un amour énorme, sans elle je n’y serai peut être pas arrivé ….


A+

séb

VIDEO VELO

Best of – L’Etape du Tour 2016

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(4 commentaires)

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

  1. Moi je dis chapeau Sébastien ! Vraiment respect pour cette performance et ton entrainement annuel qui t’as fait perdre 28 kgs !!!
    Et tu es parti de très loin en 2016, en 2017 tu devrais avoir un bien meilleur dossard et pouvoir mieux te concentrer sur ta course car tu auras bcp moins de monde à doubler !
    Super compte-rendu aussi qui laissera des souvenirs pour longtemps.
    Quand je pense que tu ne connaissais pas l’EDT il y a 20 mois MDR
    J’ai hâte de te retrouver à nouveau cet été pour cette belle épreuve,
    Bon entrainement l’ami !
    A bientôt,
    JC

    1. C’est un peu grâce à toi aussi que j’y ai pris goût à l’EDT avec les récits des tiennes ! A bientôt JC

    • james on 6 mars 2017 at 22 h 36 min
    • Répondre

    Bravo, belle perf, on s’y croirait 😉

    1. Merci James ! Que de souvenirs….

  1. […] Mon Etape du Tour 2016 : récit, ma première cyclo sportive depuis 25 ans ! […]

Laisser un commentaire

//my.hellobar.com/9b47767b1a11863a0dcccd47ef69fd08d09d268e.js
%d blogueurs aiment cette page :