Mar 05

Récit Cyclo sportive – Santini GF Mont Ventoux 2018 – La galère ultime ….

Inscrit depuis 10 mois à la Santini Mont Ventoux 2018, je kiffais l’idée de finir une cyclo au sommet du mont chauve … 

Ce qui devait être le point d’orgue de ma saison, avant même l’étape du Tour 2018 dans mon imaginaire, cette cyclo Ventoux n’allait pas tout à fait se passer comme prévu !

Dingue de vélo - mon dossard sur la Santini Ventoux 2018

Dingue de vélo – mon dossard sur la Santini Ventoux 2018

J’avais un rêve : faire la Santini Mont Ventoux :  cyclosportive qui se termine au sommet du Mont Ventoux !

Il y avait plusieurs parcours proposés et dès le mois d’août, je me suis inscrit sur le grand parcours 130 km avec près de 3000 mètres de dénivelé positif … Celui-ci fini au sommet après l’ ascension la plus dure par Bédouin !

Bon j’avais ce rêve, mais ça c’était avant ! 

On avait tout organisé avec ma chérie : planifié 2 jours en Provence à proximité du Ventoux et ensuite on descend dans le sud de la France pour le reste de la semaine. La semaine précédente avait été compliquée :  j’avais couru toute la semaine avec le boulot pour être prêt pour les vacances et partir le samedi matin avant l’aube. Toute la semaine alors que je prenais soin de me coucher tôt pour essayer de dormir suffisamment et avoir assez de sommeil, hé bien, toute la semaine je me suis réveillé en pleine nuit ou super tôt et j’ai fait des nuits beaucoup trop courtes …

Par-dessus le marché j’ai un peu foiré certaines séance d’entraînement et mal géré mon alimentation pour bien récupérer. Sur le début de la semaine,  le mercredi 4 jours avant la cyclo, j’étais bien mort, complètement naze physiquement !

J’aurais dû voir les signes avant-coureurs d’un foirage Total…

dingue de vélo - le profil du grand parcours Santini Ventoux 2018

dingue de vélo – le profil du grand parcours Santini Ventoux 2018

Bref on a mis un temps fou pour arriver le samedi sur la cyclo, au village départ, et rejoindre les potos venus d’un peu partout ! Il faut dire qu’arrivant du Nord ce n’est pas la porte à côté …

On arrive avec presque 2 heures de retard sur l’horaire initialement prévu, un monde de dingue pour retirer les packs participants, le village expo est sympa, on se trouve dans la file d’attente juste à coté de Nathalie Simon qui salue quelques participants qui la reconnaisse elle aussi !

Sac bien reçu, maillot à ma taille, tout va bien : les tentatives d’échange sont nombreuses et certains en fin de journée galèrent à trouver leur taille parmi celles restants disponibles. Le maillot de l’organisation est obligatoire pour prendre le départ et tout le monde se rue sur les essayages et les échanges.

J’ai Murielle au téléphone et nous sommes contents de la croiser “en vrai” après l’avoir eu si souvent au téléphone ces derniers mois pour mon suivi diététique … Elle est accompagnée de René et Pifounet (…)

Déblocage sur fond de Ventoux !

Sur fond de Ventoux

Sur fond de Ventoux

Je renonce à voir Denis et tous les autres, il est trop tard, ils sont repartis au camping et je dois aller faire mon petit déblocage habituel de veille de cyclos ! Je me change vite fait au cul de la voiture et abandonne Séverine pour une petite heure, elle repart faire un tour dans Vaison. J’y vais un peu au pif pour l’itinéraire et choisi l’option la plus sûre pour ne pas me paumer : aller et retour via le parfait demi tour !

 

Je me régale de ce paysage de provence dominé au loin sur ma gauche par ce fameux Mont Ventoux qui devrait nous faire tous bien souffrir demain matin … Quelques bons coups d’accélérateurs à différentes intensités, de quelques secondes à quelques minutes selon la puissance que j’y met et mes jambes se décrassent tout doucement …

Direction le couvent !

Séverine comme d’habitude s’est chargé de la logistique et a réservé de longue date une chambre, qui a l’air pas mal du tout (sur le papier LOL). Un bon 30 mn de route et nous nous perdons ayant du mal à trouver l’adresse du cloître “machin chose” : au final, on trouve mais pas moyen de se garer. Il faut décharger nos affaires, le vélo, les X sacs et valises pour une seule nuit et ensuite aller se garer plus loin… Pas pratique !

Nous arrivons limite hors délai pour le repas du soir, il est donné dans la cour intérieure, c’est assez joli comme environnement mais le menu est imposé. Heureusement qu’il comprend des pâtes à la demande. Séverine est un dépitée malgré tout le soin qu’elle est a porté à la préparation de notre séjour. La chambre idem, on voit bien que c’est un ancien couvent LOL, des communs un peu austères, les couleurs des couloirs pas forcément du meilleur gout non plus … La personne qui s’occupe de notre accueil nous emmène au garde manger pour préparer notre petit déj étant donné l’heure à laquelle nous comptons partir demain matin !

Après le repas je prépare ma tenue, accrochage du dossard, ravitaillement pour la course : bidons de boisson énergétiques, gels endurance et barres énergétiques. Tout est prêt et au lit …

Mauvaise nuit, encore un signe …

Purée, nuit agitée, réveillé plusieurs fois, j’aurai dû y voir là encore un signe du destin ! Nous évacuons rapidement les lieux avec armes et bagages direction Vaison la Romaine. Nous croisons quelques coureurs, il est tôt, Séverine décide de ma laisser dès que je suis prêt et de partir m’attendre au sommet du Ventoux !

dingue de vélo - dans le SAS unique de ce Ventoux 2018

dingue de vélo – dans le SAS unique de ce Ventoux 2018

Elle a de la marge pour y aller mais je le sais, elle est toujours fâchée avec son sens de l’orientation malgré les GPS … Je fais quelques kilomètres pour passer le temps avant de rejoindre le Sas unique de départ. Il y a bien un accès prioritaires pour quelques-uns qui ont performé sur les éditions précédentes mais c’est tout : les 2500 concurrents sont tous ensemble à cette exception près, je ne suis pas super fan … ça fait un poil trop de monde à mon goût (…) Autour de moi ça discute et malheureusement ce que j’entend ne me réjouis pas plus que ça : ça parle préparation, pas entrainement mais “préparation” et produit soit disant extra ordinaire ! Vu la tête du bonhomme et son discours, je ne suis pas certains que cela plairait à des officiels de l’UCI ou même de la FFC. J’ai tout vu, j’ai tout fait, et par dessus le marché j’ai un super produit pour me préparer !  OK, j’ai compris …

Le départ, ENFIN  !

A grand renfort de Olà, levages de bras, cris et musique à fond, le départ est enfin donné. Le parcours comprend sur ses premiers kms quelques “urbanitudes”, pas mal de virages, rond points et à 2500 c’est un sacré bordel : ça freine de partout. ça relance à bloc, je ne suis pas bien.

Le départ, enfin ....

Le départ, enfin ….

Je me maintiens malgré tout dans le paquet de tête, nous sommes peut être 2 ou 300 dans ce peloton et j’essaie de rester dans le premier tiers avec 50 à 80 gars maximum devant moi… A peu près 10 kms maintenant que ça roule comme ça, quelques faux plats avalés rapidement avec un bon tempo, ça doit sacrément écrémer par l’arrière mais je ne m’en occup

e pas, je suis toujours dans le premier peloton, prêt à affronter la première difficulté qui devrait faire un tri sérieux !

Allez…. ça freine encore : “merde les cons !” ça freine vraiment fort et les gars juste devant moi s’accrochent et volent par terre goutter le macadam provençal. Je les évite de justesse mais ça s’empile tout autour de moi : un gars qui arrive trop vite de derrière tape ma roue avant dans une manœuvre d’évitement désespérée. Je ne tombe pas mais met pied à terre pour contourner les gars au sol, une dizaine de coureurs sont par terre !

ET LA C’EST LE DRAME !

Rayon cassé, le drame !!!!

Rayon cassé, le drame !!!!

Je reclipse mes pédales, relance, “rooooh putain”, qu’est ce qui frotte là ? Je me gare sur la droite et rejoins deux gars eux aussi qui regardent les dégats : j’ai un rayon cassé et avec la tension des rayons sur une jante carbone, ma roue est complètement voilée et touche les patins de freins à chaque tour ! J’ai beau la faire tourner, essayer de bricoler le rayon, c’est foutu, ça tourne plus …

Je suis dégoûté ! Je ne tombe pas, fait tout bien et moins de 20 mn de course, c’est terminé, même pas passé la première bosse du parcours qui était dans quelques kilomètres. Nous sommes 3 sur le bord de la route, un autre coureur a sa jante carbone explosé, ne peux plus rouler non plus (le président du club de Réjane) et nous regardons passer tous les pelotons : les concurrents sont déjà étalés sur près de 15 mn après seulement une 15 aine de kilomètres, on devait rouler fort devant ! Nous essayons désespéremnt de stopper un véhicule de l’organisation qui pourrait nous dépanner ou préter une roue : peine perdue, il passe au bout de 20 mn avec seulement des chambres à air et une pompe en cas de crevaison.

Je m’assied sur mon cadre, envoi un SMS à mon entraîneur pour lui dire que je suis hors course mais rien de cassé et décide d’ appeler Séverine. Le fourgon de l’organisation peut nous emmener mais cela signifie que nous restons dedans en fin de cordon des concurrents jusqu’au sommet du Ventoux !!!!(…). Complètement écœuré j’explique à Séverine que je vais bien mais que ma roue est HS, elle est à près d’une demi heure de route d’ou je suis, elle fait demi tour et viens me chercher.

Nous repartons à Vaison, au village départ on nous dit qu’on ne peut pas réparer malgré la présence de plusieurs vélo-cistes (…). Je rends ma puce et jette l’éponge définitivement, le Ventoux, c’est bon, terminé, on bâche et on file vers le Sud, raz le bol !

 

Plus de 33 km/h de moyenne malgré les premiers dénivelés sur ce tout début d’épreuve :

dingue de vélo - Santini Ventoux 2018

dingue de vélo – Santini Ventoux 2018

Y en a marre, on bâche, on s’en va ou pas ….

Et là, comme d’habitude, Séverine a l’idée qui me sors du mode j’en ai marre : pourquoi on va pas à Bédouin trouver un vélo-ciste pour réparer et ensuite tu le montes ce putain de Ventoux ?

Dans e Ventoux avec ma roue premier prix à l'avant (...)

Dans e Ventoux avec ma roue premier prix à l’avant (…)

Bédouin est au pied du Ventoux et compte plusieurs magasins de cycles ouverts même le dimanche dans cette mecque du vélo qu’est le Mont Chauve : en 30 mn nous y sommes. Au 2 eme magasin, je ne peux certes pas réparer ma roue carbone avec des rayons plats spécifiques mais je trouve une roue alu premier prix qui suffira pour faire quelques bornes et faire un bon entrainement seuil et ascension de col sur fond de Provence !

Je fais quelques kilomètres pour m’échauffer et comme me le dit ma chérie, je suis venu pour le monter, j’y suis, je le monte ! Et au moins ça me permettra de voir si j’ai progressé depuis 2016 quand je l’avais monté pour la première fois par Bédouin aussi ce jour de juin 2016…

J’y suis je le monte le Ventoux !

Alors forcément, je ne  me suis pas changé et je me retrouve au milieu des concurrents qui ont le parcours en entier. J’ai rendu ma puce de chronométrage même si j’ai toujours mon dossard et ma plaque de cadre, je ne vais pas m’amuser à les flinguer et je suis parfois assez mal à l’aise en les doublant. J’échange quelques mots avec quelques concurrents qui en bavent et restent parfois à mon niveau mais je monte fort, par 2 fois j’explique que je suis hors course sur casse mécanique mais que je finis quand même l’ascension en n’ayant plus de puce.

Dingue de vélo - je franchis l'arche malgré tout mais hors course !

Dingue de vélo – je franchis l’arche malgré tout mais hors course !

Un ventoux c’est long, je cogite pas mal dans ma tête, je me sens coupable de monter parmi ceux qui ont des crampes mais la route est ouverte et je ne fais rien de mal, d’autres montent sans faire partie de la course d’ailleurs. Je ne m’arrête même pas au ravito, je n’en ai pas besoin et pas envie. Mes sentiments sont partagés entre une énorme déception, la colère, le découragement : des mois de préparation pour quelques courses et celle ci s’arrête en moins d’une demi heure … Je suis bien physiquement malgré la première demi heure de course sur des chapeaux de roue et la coupure et monte à un bon train malgré les pourcentages toujours impressionnants de ce col peu ordinaire. Plus de 20 kms de montée avec un passage de presque 10 kms  à 9% de moyenne, c’est ça le Ventoux par Bédouin …

dingue de vélo - Santini Ventoux 2018 - montée hors course

dingue de vélo – Santini Ventoux 2018 – montée hors course

Un concurrent avec qui je reste quelques minutes partage ma déception quand je lui explique et me dit qu’il a des crampes : j ‘essaie de ne pas m’endormir à un faux train pour faire une bonne session d’entrainement malgré tout et le laisse à ses douleurs. Je me relance juste sous mon seuil entre 260 et 280 watts en moyenne, ça fait plaisir quand même de voir que les jambes répondent malgré tout. Si j’étais arrivé là avec 100 bornes dans les jambes, le délire aurait été différent clairement !

Des rencontres inattendues juste avant le sommet !

Je passe le chalet Reynard ou nous rejoignons le petit parcours et il y a de plus en plus de monde, les concurrents du petit parcours ne sont pas à la fête non plus … Je suis à 3 ou 4 kilomètres du sommet, dans la caillasse, là ou le vent souffle quand je double plusieurs concurrents dont une féminine : je la reconnais, c’est une de mes amies facebook Méli, qui a écrit sur le blog ! Ni une ni ni deux, je l’interpelle et fait demi tour quelques mètres plus loin : elle a des crampes et met pied à terre, je l’encourage, elle est surprise autant que moi qu’on se retrouve là. Je lui explique ma mésaventure en 3 mots et lui donne RDV là haut : je repars à fond de train avec des jambes de feu !

Dans e Ventoux avec ma roue premier prix à l'avant (...)

Dans le Ventoux sur cette Santini Ventoux 2018 avec ma roue premier prix à l’avant (…)

Je reviens dans la roue du gars qui était avec moi depuis une paire de kilomètres et nous finissons ensemble l’ascension, il a un gabarit de rouleur et souffle comme un boeuf pour rester avec moi, mais il tiens, c’est impressionnant !

Dingue de vélo - je franchis l'arche malgré tout mais hors course !

Dingue de vélo – je franchis l’arche malgré tout mais hors course !

Je passe l’arche d’arrivée et m’apprête à esquiver la médaille mais comme je suis arrivé en haut avec la tenue Santini, la volontaire insiste pour me la donner malgré tout alors que je lui indique que je suis hors course et n’est plus de puce… Je la garderai en souvenir !

Et là, je tombe sur Denis et plusieurs autres de mes amis FB : incroyable, si j’avais voulu les retrouver là, je n’ y serai jamais parvenu … Je leur dit que j’ai vu Méli et qu’elle arrive et nous prenons quelques photos ensemble : super sympa !!!

Je suis mouillé et m’excuse de ne pas attendre plus longtemps avec eux au sommet, je vais aller retrouver Séverine en bas et leur donne RDV pour le repas tout à l’heure.

J’ai grimpé ce Ventoux en 1h34, soit presque 10 mn de moins qu’en 2016 alors que je me suis arrêté, “endormi” plus ou moins au contact de ceux avec qui j’ai un peu discuté et que franchement je n’avais plus cette ascension dans la tête après la chute et cette énorme déception…

Et la convivialité quand même !

Je retrouve ma chérie en bas, content qu’elle m’ait motivé pour grimper malgré tout et nous repartons vers Vaison pour profiter du repas d’après course. Nous assistons à la remise des prix, les vainqueurs du grand parcours sont des costauds et Murielle se classe première de sa catégorie sur le petit parcours : quelle guerrière !  Elle s’est fait tellement mal qu’elle ne peut pas aller chercher son prix me dit elle par SMS …

dingue de vélo - repas d'après course tous ensembles

dingue de vélo – repas d’après course tous ensembles

Au bout d’un moment Denis, Méli, Tatiana, Thierry,  et tous les autres finissent par arriver et nous passons un super moment autour du plateau repas non sans immortaliser tout ça avec moultes photos. Méli m’a ramené un souvenir, un joli petit vélo sculpté en bois, ça me touche vraiment … Il est en bonne place sur ma cheminée au milieu de mes médailles de cyclos !

Ce ne sera peut être pas en 2019, mais j’aurai ma revanche sur le Ventoux, promis, je l’aurai !

 

 

A+ et faites gaffe sur la route

séb

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(9 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • roulet vincent on 7 mars 2019 at 12 h 24 min
    • Répondre

    je le fais en 2019 mais cela ne va pas etre de la rigolade à mon niveau
    merci pour ton récit

    1. Un bon entraînement et ça passe crème (…)

  1. Hello, pas de bol mais bravo d’être monté quand même. pour avoir fait la course en 2017 et 2018 …. et avoir monté le ventoux par bedoin “hors course” c’est pas du tout la même, après les 100 bornes à donf c’est un combat 🙂

    1. C’est clair j’ai vu les pauvres gars du grand parcours en chier….

    • Prieux on 7 mars 2019 at 15 h 45 min
    • Répondre

    Slt Seb pas de santini Ventoux en 2019 ?? Un garçon aussi fort que toi alors la je suis déçu . Petit joueur LOL

    1. Ptdr ^^. Qu’est ce que tu veux…. Quand ça veut pas…. Ben ça veut pas !!!! (…)

    2. Mais 2019 effectivement je la fais pas (pour le moment lol)

    • Felgines Benoît on 8 mars 2019 at 9 h 48 min
    • Répondre

    Salut Seb , tu l’auras quand même monté ce mont chauve . Ceci me rappelle une mésaventure , je partais pour un rallye de 200 pitons et au bout de 7 bornes , un gars qui me collait trop m’a ruiné ma roue arrière à la sortie d’un rond-point ( 3 rayons cassés et voilage ) . J’ai rejoint le point de départ , la honte . Les gars que je croisais me disaient :  » tu te trompes de sens  » . Enfin , je me suis bien marré car le  » frotteur  » avait sa roue avant bien voilée aussi et il me sort tout de go : » tu crois que ça peut aller pour finir ?  » . Je suis resté perplexe , il restait juste 193 km … Bref , one question , comment ça se passe dans ces cas-là question assurance matos à la GF Santini Mont Ventoux ? Sportivement .
    Benoît

    1. Salut Benoît, je ne sais pas pour l’assurance aucune idée, c’est le bonhomme qui est assuré pas le vélo, j’ai pas demandé….

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :