Sep 11

Entrainement cyclisme – motivation et mental, reprendre le vélo après un long arrêt ?

Restez motivés et croyez en vous et en vos rêves ! Je vous fait un petit retour sur 3 années d’entrainement, progression et parfois galères. Ne vous dites jamais que ce n’est pas possible : mon pote JC m’assurais depuis une paire d’année que je pouvais rentrer dans les 500 de l’Etape du Tour ! Et moi qui passais mon temps jusque là à lui dire que c’est chaud et que le niveau est élevé en dessous des 1000, je n’y croyais pas …

Vous êtes nombreux par mail à me dire que vous commencez tard le vélo ou reprenez après une longue période d’arrêt …. Jusqu’où pouvez vous aller ou qu’espérer comme résultat ? Restez motivés, rien n’est impossible 😉 !

Dingue de vélp - Ma pomme il y a 25 ans en cadet !

Dingue de vélo – Ma pomme il y a 25 ans en cadet 😱😱😱 !

Clairement, j’ai arrêté quasi complètement le vélo après mes deux années de junior en FFC à une époque ou je croisais dans les Flandres Cédric Vasseur qui terminait ses études alors que moi je les entamais ! Rouler et s’entraîner pendant ses études supérieures, pas facile…

J’avais complété un dossier pour faire “sport étude” à Roubaix et la conseillère d’orientation au collège l’avait déconseillé à mes parents, étant donné mon niveau insuffisant en maths 😭😭 ! Bref, fin du sport en compétition pour moi à l’aube de mes 20 ans ! J’avais kiffé mes bons résultats en cadet et en première année de junior, mes entraînements du mercredi au vélodrome de Saint Omer ou j’apprenais à frotter, sprinter, courses aux points, par élimination, j’adorais ça ! Et en course, j’aimais frotter malgré les chutes de temps en temps 💀…

J’étais pour autant toujours passionné de vélo, accro aux courses World tour à la télé, j’avais eu pendant ces quelques années un cousin qui me faisait des programmes d’entraînements et m’avais refilé des dizaines de numéros du cycle ou d’autres magazines vélo de l’époque et m’étais ainsi nourri des légendes du cyclisme !

Comme j’ai travaillé 8 années à Décathlon, j’ai eu la chance aussi pendant quelques années, plongé dans la culture d’entreprise de pouvoir rouler de temps en temps le midi avec les équipes Btwin : il y a plus de 10 ans déjà mais cela n’a jamais dépassé les 1500 kms annuels… Autant dire pas grand chose !

Trop Lourd pour reprendre le vélo …

Années après années comme nombres d’entre nous, un kilo par ci, un kilo par là, avec un boulot sédentaire … Je me suis retrouvé en 2015 à faire 95 kgs pour 1m72, v’là le cauchemar pour rouler et passer les bosses ! Chaque fois que j’essayais de m’y remettre, je renonçais après 2 ou 3 sorties, découragé par la marche trop grande à franchir désormais …

Mais toutes ces années, j’ai toujours voulu reprendre et gouter aux cyclos sportives : jusqu’à ce fameux jour du mois de juillet 2015 à la Toussuire ou j’ai passé 8 heures au bord de la route à regarder arriver les finishers de l’Etape du Tour 2015 ! Il y avait des jeunes parmi eux mais énormément de gars de mon age,dont mon pote JC qui entre dans le Top 100 cette année là ! Et je me suis mis à rêver … Rêver de faire la même chose l’année suivante 😍😍😍 !!!

J’ai arrêté les conneries au niveau bouffe, fin des apéros, raclettes et soirées pizza à répétition … Légumes, salades, poisson, viande blanche, quasi pas de féculents le soir, et 8000 kms plus tard j’attaquais ma première cyclo de montagne : l’étape du Tour 2016.

Chutes, genou en vrac, et première cyclo sportive !

Je suis passé par toutes sortes de galères : des premières sorties à 40 kms maxi le premier mois.

Et oui … comme tout le monde, j”ai commencé par des 40 ou 50 kms : 50 bornes et j’étais cuit ! Mon premier Mont des cats, je faisais encore plus de 85 kgs fin 08/2015 : j’étais planté sur une pente de 5 ou 6 % et à 182 pulses dans un mur de 15 %. Je me suis dit que si j’étais dans cet état là pour une simple côte en Flandres, jamais je ne passerai un col des Alpes

Mais mois après mois, je n’ai rien laché : je perdais entre 2 et 3kgs par mois, tous les mois. Je progressais en endurance : je m’étais fait un planning d’entrainement draconnien avec une progression semaine après semaine des heures de selle !

Strava janvier 2016 - lentement mais sûrement

mon Strava janvier 2016 – lentement mais sûrement

 

En mai 2016 je roulais 5 à 6 heures sans problème et enchaînais les monts des Flandres en fractionné, je me faisais mal et commencer sacrément à aimer ça. Je retrouvais un peu de mes jambes de 20 ans ! Alors certes, j’ai couru jeune et cela a peut être aidé après toutes ces années. Mon cardio au repos est bas, il l’a toujours été, aux alentours de 40 à 50 pulsations au repos, 42 à 45 le matin au réveil et je récupère très vite : ces temps ci sur mes séances de PMA je passe de 170 pulses à moins de 120 en 1 minute de descente … ça doit aider un peu je suppose dans mes “perfs”.

J’ai galéré pourtant cette première saison 2015/2016 : soucis avec mes cales look mal réglées, un genou douloureux pendant de longues semaines, une chute sous la pluie du coté de Saint Omer lors d’une sortie de Novembre. Non seulement j’étais trempé mais trop confiant en sortie de virage : je relance trop vite, et roue avant qui se dérobe, classique ! Bibi par terre avec la hanche toute en sang, la main gauche abîmée … Rien de cassé mais pas mal de peau rapée !!! Le lot quotidien du cycliste quoi…

Mon premier Ventoux en juin 2016 m’avait rassuré, j’étais désormais à 70 kgs et je le passais par Bédoin en 01h40 à peu près : c’était déjà énorme d’ou je revenais !

Ventoux depuis Malaucène - 03h25

Ventoux depuis Malaucène – 03h25

Première étape du Tour 07/2016 et c’était parti, malgré des crampes, une mauvaise gestion façon grand débutant en partant trop fort les 20 premiers kilomètres, je finis 2950 eme sur 15000 dossard attribués et le virus était à nouveau en moi : envie de rouler, de faire le métier, de m’éclater, de faire la course, de me dépasser, de finir premier en haut des bosses …

Dingue de vélo - dans le col de la Madeleine en 2016 sur la cyclo du même nom, 2 heures pour les 19 kms du Col par la Chambre !

Dingue de vélo – dans le col de la Madeleine en 2016 sur la cyclo du même nom, 2 heures pour les 19 kms du Col par la Chambre !

Fixez vous des putains d’objectifs ! Réalistes mais osez !

Lentement mais sûrement j’ai continué à m’entraîner, me gavant de lectures plus ou moins poussées pour compléter mes connaissances en physiologie du sport et l’entrainement en cyclisme. Je savais quelles étaient mes faiblesses et faisait en sorte de les gommer par des séances spécifiques.

Je m’étais inscrit à la Santini ventoux 2018, j’étais super motivé par le Géant de Provence et l’idée de l’affronter sur une cyclo ! Et au 12 eme kilomètre de la cyclo alors que j’étais toujours dans le peloton de tête, une chute a anéanti ma course : je ne tombe pas mais ça s’empile autour de moi et un rayon cassé sur ma roue avant m’a contraint à l’abandon, impossible de continuer avec une roue voilée qui freine en permanence … Une année de préparation pour 12 kms de cyclo, heureusement que ce n’était pas mon unique objectif 2018 parce que le moral en a pris un coup ce jour là !

dingue de vélo - gestion des 4 cols de l'Etape du Tour 2018

dingue de vélo – gestion des 4 cols de l’Etape du Tour 2018

Je m’étais mis en tête de rentrer dans les 2000 de l’étape 2017 arrivant au sommet de l’Izoard, je finis 1561 eme. Je me suis dit, cette fois en 2018 je rentre dans les 1000 de l’étape ! Je finis 432 eme sur 11800 finishers et 52 eme caté sur 1980 ! Quel pied !!!

Mais je me suis donné les moyens, j’ai travaillé avec une diététicienne, avec un entraineur spécialiste des cyclos de montagne (Stéphane Cognet)  … Je me suis mis grave minable sur une semaine entière en mai à rouler quasi tous les jours en montagne !

Et… ça paie, même à 46 ans, j’arrive à un niveau inespéré pour moi après 25 ans de coupure du vélo 😉!

Tout le monde ne peut pas espérer la même chose, il ne faut pas réver : j’ai couru jeune en FFC pendant 6 ans et je suis intimement persuadé que cela y est pour beaucoup ! Le corps n’oublie jamais vraiment ce qu’il a appris par le passé : ne dit on pas toujours que le vélo cela ne s’oublie pas ?

Comme le dit Stéphane Cognet, mon entraineur, je suis “jeune” dans le vélo et peut encore espérer progresser après ces trois années de reprise 😜. Bien sûr je ne serai plus jamais au niveau d’un gars du même âge qui a roulé lui toutes ces années en élite, mais je peux m’en rapprocher encore un peu !

En tous cas, c’est le nouveau défi que je me donne, si j’ai sû faire 6 eme catégorie sur la JPP 2018, pourquoi pas viser le podium caté désormais sur certaines cyclos ?

Une progression constante malgré mes 46 ans :

DINGUE DE VELO - résultat séb 2016 2018 cyclos montagne

DINGUE DE VELO – résultat séb 2016 2018 cyclos montagne

En début d’année, je me suis équipé d’un capteur de puissance : test PMA sur 5 mn sur route, j’étais en Avril à 356 watts. Fin août, il y a 3 semaines j’étais à 378 watts pour 65,9 kilos, soit 22 watts de plus et 4 kilos de moins !

Certains m’interpellent pour me demander comment je fais … Euh limite en me disant que c’est pas possible ou que j’ai un moteur 😕😬😬😬… Je roule 😅 ! Pas n’importe comment, aidé par Stéphane et au moins 8 heures par semaine (bien qu’en ce moment c’est compliqué !), jusqu’à 16 h par semaine en mai !

Croire qu’on progresse dans son canapé ou juste en roulant le dimanche matin avec ses potes est un doux rêve LOL !!! Et il y a des rêveurs je vous assure 😎, de mon côté il m’a fallu 3 ans pour arriver à retrouver un peu de niveau … Ni 3 semaines, ni 3 mois !

Mais pour ceux qui croient en leurs rêve, sont passionnés et motivés, il y a toujours moyen d’aller chercher un petit plus qui vous fera progresser quelque soit votre niveau, soyez en sûr !

PS : une petite pensée pour Stéphane Cognet http://bike-velo-test.com/  Bien amoché après une chute en Gravel il y a quelques jours malgré son casque  … Obligez vos proches à rouler avec un casque !!!

 

A+ et faites gaffe sur la route

séb

 

VIDEO VELO

Santini Ventoux 2018 – J’aurai ma revanche !!!

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Merci Seb pour le récit de ton histoire, c’est encourageant.
    Je suis débutant de chez les débutants et là je viens aujourd’hui de me faire plaisir avec l’achat d’un vélo de route pour remplacer mes petites sorties en VTT.
    Comme toi il y a quelques années je pars avec un handicap de poids; mais je compte bien y remédier 🙂 Ça c’est mon principal objectif pour l’instant.
    Encore merci pour les informations et encouragements que tu peux donner à des gars comme moi.
    Demain matin étude posturale et réglages du vélo en atelier avant d’en prendre possession.

    1. Merci Jean Paul, ça me fait plaisir

  2. bonsoir seb , comment construire un programme de reprise coherent ????
    je suis capable de faire des sorties d’au mini 80 bornes pour une reprise mais doit je faire d’abord du foncier etc.….

    1. salut Pascal
      Quand tu n’es pas élite ou pro oui, d’abord foncier, puis intervalles puis seuil. C’est le déroulé traditionnel d’un programme d’entrainement, tu commences par la base et l’endurance et plus tu te rapproches de tes objectifs si tu en as, plus tu cibles le travail spécifique correspondant à ton épreuve, en montant de plus en plus en intensité jusqu’à l’affûtage !

    • PARE on 15 septembre 2018 at 19 h 00 min
    • Répondre

    Oui une reprise après un long arrêt est possible, dire que cela est facile serait mentir mais c’est réalisable, on peut se fixer des objectifs, s’y tenir et se faire plaisir, cela reste l’essentiel.
    Mon cas personnel; reprise après 22 ans d’arrêt total, en 18 mois je perds 30 kg, suis toujours en surcharge mais réalise mon objectif de l’année terminer mes 24H Paul Ricard en solitaire en passant le cap des 500 km. Dès Octobre (je suis au repos suite à une fracture de côte), je suis un plan de préparation hivernal afin de préparer 3 épreuves de 24H en Solo et passer la barre des 600 KM, pour info j’aurai 63 ans.

    Autre point, nous ne sommes pas tous grimpeurs, les plus belles cyclo et compétitions ne passent pas forcement par du D+.
    A chacun de trouver ses priorités et son plaisir, que ce soit sur des cyclo sans gros dénivelé comme La Blé D’or, des cyclo médiatiques « pompe à fric » comme l’EdT ou La Ventoux, de vraies cyclo pour grimpeur comme LA PURITO ou médiatiques comme l’Ardècheoise.
    Mais vous pouvez aussi lorgner vers la piste et les courses sur circuit ( qui se développe à grande vitesse) pour rester dans le cadre vélo route. Certain que chacun peut trouver son cadre, s’y éclater et avoir envie de s’y dépasser.

    1. Salut Joël, ça faisait longtemps que t’avais pas râlé contre les cyclos de montagne

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :