Mai 18

Cyclisme : le braquet c’est quoi ? Définition … et choix !

Change de braquet, t’as quoi comme braquet, met plus grand, met plus petit : mais ils parlent tous comme ça les cyclistes ?! 

J’ai eu l’idée de cet article à force de voir de charmantes jeunes filles débutantes ne pas vraiment comprendre ce qu’on leur disait sur Facebook …

Le braquet, c’est quoi ? Quand on parle de braquet, on parle de la combinaison “plateau”  et “pignons” . 

Le plateau : grande couronne avec des dents à l’avant au niveau du pédalier

plateau Campagnolo Stronglight

plateau Campagnolo Stronglight

 

Et les pignons, couronnes dentées sur la roue arrière :

pignons Shimano Ultegra

pignons Shimano Ultegra

Ainsi, emmener un énorme braquet signifie rouler avec un grand plateau et petit pignon, les jambes tournent plutôt lentement et la tension musculaire est importante. Sauf à avoir les cuisses de Peter Sagan ou du gorille de Rostok (surnom d’André Greipel), nous sommes autres simples mortels à vélo on ne sait pas tirer gros très longtemps …

 

Enfin, pour simplifier, “braquet” et “développement” c’est la même chose : le braquet étant un peu plus jargon cycliste, développement étant le terme technique de puriste…

 

Donc emmener gros ou mettre un gros braquet, on tourne lentement les jambes et ça fait mal …

Le Gorille de Rostock - Andre Greipel

Le Gorille de Rostock – Andre Greipel

 

Au contraire, un petit braquet en côte par exemple correspond à un petit plateau et grand pignon pour tourner les jambes quand la pente devient plus forte.

Mettre petit permet donc de tourner vite les jambes : c’est moins douloureux, mais augmente le rythme cardiaque et la respiration …

Un 53×12 est un très gros braquet qui demande de la puissance pour être emmené. Un 39×24 est un petit braquet, pour passer des côtes assis en tournant les jambes par exemple …

 

Plus le braquet est grand, plus la distance parcourue en un tour de pédalier est importante. Ainsi un plateau de 53 et un pignon de 11 dents permet en un tour de pédalier de faire 10m10. Et un 34×28 de faire 2m55, je vous laisse vous reporter au tableau ci dessous pour le reste !

Tableau des développement - Braquet

Tableau des développement – Braquet

 

Les coureurs les plus véloces sont capables comme Chris Froome d’emmener un braquet leur permettant de tourner les jambes à près de 100 tours de pédale (RPM) par minutes dans le Ventoux. Les pistards montent eux à 120/ 130 tours minutes dans leurs épreuves sur piste.

En théorie, plus vous mettez gros, plus vous allez vite !

 

Mais concrètement cela dépend de votre capacité à le tirer, emmener un plateau de 53 avec un 11 dents à l’arrière, même vent dans le dos, il faut les cuisses pour y arriver …

 

Comment choisir le bon braquet ?

Sur le plat, souvent la question ne se pose pas trop, vous emmenez ce qui vous met à l’aise pour tourner les jambes.

Perso, sur le plat je suis aux alentours de 90 tours minutes, avec des pointes à 100/105 quand ça roule fort en paquet mais je suis plutôt véloce, j’aime tourner les jambes pour décontracter les muscles.

 

En côte ou en montagne c’est différent : souvent les gens font avec ce qu’ils ont et c’est un tort … Vous devez trouver votre cadence de pédalage en montagne. Moi je suis bien à 80/85 dans un col mais beaucoup sont en dessous ! Je descend à 65/70 RPM dans des pentes à 10/12 % avec un 34×28 …

Pour choisir votre braquet, trouvez votre zone de confort !

Votre braquet doit correspondre selon la pente et la durée de l’effort à une sorte de zone de confort : montez plusieurs fois la même côte sans changer de braquet puis, remontez la en enlevant ou ajoutant deux ou trois dents derrière. Cela va vous mettre dans des situations de pédalage différentes : à 50 RPM cela sera sans doute trop lent et douloureux, à 90 vous sauterez sur la selle ou aurez l’impression de pédaler dans le vide …

Si vous êtes bien à 70 tours minutes, il vous faut donc un braquet permettant de rester assis en côte à 70 tours minutes pendant près d’une heure voire beaucoup plus dans les grands cols…

On trouve aujourd’hui des groupes (ensemble plateaux, pignons, dérailleurs) compact qui avec 11 vitesses et un grand plateau de 50 et un petit de 34 permettent de passer à peu près partout raisonnablement avec un 28 ou un 30 à l’arrière.

Si cela ne suffit pas, on peut opter pour un triple plateau, là on grimpe aux murs  !

 

Si vous voulez vous y mettre sérieusement, rien de tel qu’un compteur avec capteur de cadence de pédalage et cardiofréquence mètre, les premiers modèles sont à prix raisonnables et sur la liste du père Noël ou un anniversaire, ça passe crème ! Vous pourrez alors visualiser en temps réel votre cadence et la travailler spécifiquement pour progresser …

Pour les grands débutants c’est le moment de faire péter les questions dans les commentaires de l’article

 

Si l’article t’as aidé, n’hésites pas à t’inscrire au blog via le bandeau ci dessous pour recevoir d’autres conseils vélo, dont un énorme fichier Excel pour gérer ton entrainement  ! Je te préviendrais des nouveaux articles et t’enverrai régulièrement de nouvelles astuces pour progresser en vélo … ou clic  ICI

 

à+

séb

VIDEO VELO

L’incroyable attaque de Chris Froome dans le Ventoux sur le Tour de France 2013 avec ses données de puissance

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

Laisser un commentaire

//my.hellobar.com/9b47767b1a11863a0dcccd47ef69fd08d09d268e.js
%d blogueurs aiment cette page :