Août 11

Entrainement vélo : progresser plus vite l’hiver ? La périodisation inversée …

Je suis en train de creuser les nouvelles méthodes d’entrainement en me basant sur ce qu’on fait les pros ces dernières années et notamment chez la SKY : on parle de périodisation inversée ?

 

L’idée est de remettre en cause les méthodes classiques d’entrainement, soit pour aller plus loin dans les modèles, soit pour remettre en cause le modèle globale et prendre un avantage sur la concurrence

 

Les longues sorties vélo en hiver dans le Nooooord !

Les longues sorties vélo en hiver dans le Nooooord !

 

Qu’est ce donc que la périodisation inversée ?

Le modèle classique d’entrainement =

  1. travail de l’endurance tout l’hiver, surtout pas de rythme
  2. travail de la PMA, on développe les Watts, on travaille la puissance : on travaille dur mais pas longtemps
  3. travail du seuil, on apprend à tenir vite et longtemps

 

En inversant les périodes, on commencerait par apprendre à rouler vite longtemps, et peu importe l’endurance … On a tout le temps de rallonger les sorties le moment venu pour arriver à avoir l’endurance à l’approche des objectifs !

 

Un cycliste confirmé, qui fait peu ou pas de coupure a déjà l’endurance quelque part non ?

 

Pourquoi inverser le modèle et inverser les périodes ?

 

A force de rouler l’hiver et de faire des bornes pour le foncier, on perds de l’énergie : physique et mentale. On est parfois à plusieurs mois de l’objectif et on travaille le foncier. Mais si on a la caisse pour s’entraîner dur l’hiver et faire des blocs de travail qui nous emmèneront peu à peu au delà de ce qu’on peut faire simplement en quelques semaines de printemps, pourquoi ne pas le faire ? !

 

Après une brève coupure hivernale, on est beaucoup plus frais pour attaquer ce genre de blocs d’entraînements. C’est aussi beaucoup plus intéressant mentalement que de faire des bornes pour faire des bornes quand on a déjà le cardio !

Autobiographie de Chris Froome - Mon ascension

Autobiographie de Chris Froome – Mon ascension

A la lecture de l’autobiographie de Chris Froome, ça fait un moment qu’il procède de la sorte : travailler l’intensité toute l’année !

 

Alors évidement, c’est un pro, ne vous attaquez pas à des cycles d’intensité en plein hiver si vous venez de commencer le vélo ou avez coupé 3 mois ! Mais si vous roulez toute l’année, ou même dans le cadre d’une progression sur un cycle pluri annuel, ou que vous roulez avec un bon niveau depuis pas mal de temps : c’est peut être là une nouvelle méthodologie d’entrainement à tester !

 

les Sky sont passés maîtres à ce jeu de remettre en cause la moindre petite chose : Tim Kerrison ” je travaille sur la base que tout ce que nous faisons est probablement mauvais”

 


L’idée est donc d’introduire dès l’hiver de l’intensité, et peu à peu d’introduire le travail du volume par la durée et l’augmentation de la charge globale d’entrainement…

 

A titre personnel, moi qui cherche à travailler ma capacité à monter les cols à un rythme soutenu, je ne vais pas attendre avril ou mai pour travailler au seuil, je perdrais de précieux mois et cycles de travail !

Je planifie mes blocs dès maintenant (courant aout) et introduirai le volume en mai juin pour les bornes….

 

A bien y regarder, en cyclo cross, c’est ce que font les coureurs non ? De l’intensité à bloc tout l’hiver non ?

Intensité en hiver - Pauline Ferrand-Prevot à l'entrainement en VTT - photo instagram

Intensité en hiver – Pauline Ferrand-Prevot à l’entrainement en VTT – photo instagram

 

Si on considère le niveau atteint par Pauline Ferrand-Prévot en cyclo cross et sur la route dans la même saison, le niveau des coureurs de la Sky qui travaille dans ce sens depuis 2013 : le modèle semble porter ses fruits, dire le contraire serait de la mauvaise foi !

 

Et de toute façon, vu ma région natale, le Noooooord, l’hiver c’est compliqué de faire des bornes : les journées sont courtes près du cercle polaire, il est plus facile de faire de séances courtes d’une heure à une heure et demi mais très intenses.

 

Si vous croyez vous aussi en ce modèle faites le moi savoir via les commentaires !

Si l’article t’as aidé, n’hésites pas à t’inscrire au blog  clic ICI pour recevoir d’autres conseils vélo, dont un énorme fichier Excel pour gérer ton entrainement  ! Je te préviendrais des nouveaux articles et t’enverrai régulièrement de nouvelles astuces pour progresser en vélo …alors clic ICI

Faites gaffe sur la route

A+

Séb

 

VIDEO VELO

Reportage Pauline Ferrand-Prevot – 33 mn

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • Pare on 11 août 2017 at 18 h 17 min
    • Répondre

    2 réflexions : la première dans lz Nord vous vous trouvez largement au delà du cercle polaire. La seconde au sortir d’une saison de cyclo cross nous étions pas mal donc oui le principe est bon. Le tout ne pas trop en faire fin de printemps pour ne pas se cramer.

    1. Le cercle polaire mdrrrrrrrrr…. Pour le reste c’est clair question de dosage et charges d’entrainement

    • cyclo13 on 11 août 2017 at 19 h 22 min
    • Répondre

    moi je suis dans le sud et on roule quand ont veut,mais je vais essayer en novembre

    1. Qui ne tente rien n’a rien !

    • BARBIER PHILIPPE on 28 août 2017 at 22 h 10 min
    • Répondre

    Bonsoir Seb,
    Un article vraiment justifié pour rentabiliser son intersaison sans y laisser trop de jus…
    j’ajouterai qu’il faut aussi profiter de cette période pour bosser la force.

    En Isère, on a la chance de monter des petits cols quasiment toute l’année(10 mois sur 12, voire mieux) même s’il fait plutôt plus froid qu’à Dunkerque donc ici, l’intensité est un exercice travaillé naturellement sur le terrain et c’est tellement plus ludique de rentabiliser sa sortie de la semaine, de faire bosser la pompe cardiaque(eh oui, quand on a 50 ans, faut aussi entretenir et travailler sa capacité à changer de rythme) lors des mois où on a de la peine à sortir en les jours de semaine.

    Pour l’entrainement d’hiver, si on a le temps de le faire, à mon avis, j’aime bien d’alterner les pratiques(natation, course à pied, trail, vélo, VTT, ski de fond, fitness au poids de corps) pour que le corps soit surpris et couper un peu de sa pratique vélo et se renforcer différemment sur des groupes musculaires moins entretenus.

    L’idéal est de faire 2 petites sorties dans la journée pour maximiser la chose(le matin, plus d’intensité et l’après midi, endurance avec quelques accélérations)=>çà booste le métabolisme et on récupère mieux à cette période de la saison avec les petites charges.
    Double effet kiss-cool ^^ :Il a été démontré qu’on perdait plus facilement du poids en mettant de l’intensité dans une sortie courte que l’inverse.
    Bien penser à prévoir aussi une tenue respirante qui protège bien du froid et surtout continuer boire et manger toutes les heures si la durée est supérieure à 2h30.

    A++
    Phil

    1. Salut Philippe, je fais souvent du vtt aussi l’hiver, ça casse la routine et remotive le bonhomme…

Laisser un commentaire

//my.hellobar.com/9b47767b1a11863a0dcccd47ef69fd08d09d268e.js
%d blogueurs aiment cette page :