Avr 24

Entrainement vélo – avantages et inconvénients des sorties groupe en cyclisme

Les sorties groupes sont elles à proscrire quand vous cherchez à progresser ? Elles permettent de vous faire plaisir entre potes mais elles permettent aussi de développer certaines qualités. Même si vous ne cherchez pas à participer à des courses ou des épreuves de masse, voici quelques clés pour comprendre l’intérêt de ces sorties …

Quels sont les avantages et les inconvénients des sorties groupes en cyclisme dans un plan d’entrainement ?

Que vaut il mieux : s’entraîner seul ou rouler avec le club ou les potes ?

Les avantages des sorties groupes

Développement des qualités d’adresse

Dingue de vélo - concentration max au départ de l'Etape du Tour 2018

Dingue de vélo – concentration max au départ de l’Etape du Tour 2018

A l’heure des applications sociales comme Zwift ou d’autres simulateurs qui vous permettent de rouler en intérieur, on aurait facilement tendance à se replier sur soi-même et à rouler tout seul en intérieur, en hiver ou pour éviter les dangers de la route.

Ce n’est pas comme ça que vous allez apprendre à vous déplacer dans un peloton : à toucher des épaules, frôler des coudes, à savoir remonter ou reculer dans un paquet et à pouvoir gérer votre placement. Ou encore apprendre à lutter contre le vent et à vous abriter dans des éventails.

Vous allez me dire :  mais moi je m’en fous, je ne fais pas de course, je ne roule jamais en peloton. Donc vous ne faites jamais de cyclo sportive ou de brevet ? Le moindre rassemblement de cyclistes ou cyclosportif que vous allez croiser : vous allez vous retrouver au milieu d’un paquet de cycliste au cyclotouriste de plusieurs dizaines voire centaines de pratiquants.

Pour votre sécurité et celle des autres, il est indispensable que vous soyez à l’aise dans vos déplacements et vous que vous sachiez vous déplacer avec d’autres cyclistes.

Quelqu’un qui n’a pas l’habitude de rouler en peloton, je peux vous assurer qu’on le voit tout de suite et qu’il est dangereux pour les autres. Il y a des codes à respecter quand on roule en peloton : des attitudes à avoir pour le bien de tous.

Par exemple signaler des dangers :  quand vous êtes derrière d’autres cyclistes, vous ne voyez absolument pas ce qui se passe devant et ne voyez pas les obstacles. Vous ne voyez pas les dangers et si on ne vous les signale pas : si la personne qui est devant vous ne vous les indique pas, c’est gamelle assurée …

Vous risquez de provoquer des chutes sans même vous en rendre compte !

Si vous n’êtes pas à l’aise en peloton, vous allez freiner, vous allez laisser des trous et allez provoquer des cassures qui vont considérablement gêner ceux qui sont derrière vous : mettez vous à leur place, je vous assure, vous allez détester ça !

Rouler en peloton c’est apprendre à rouler à différentes intensités

Quand vous êtes en peloton et que vous êtes en course ou dans une cyclosportive, le peloton ne roule pas toujours à la même intensité. Zwift ou le home-trainer c’est pas comme dans la vraie vie : dans la vraie vie en peloton, vous n’avez pas 3 minutes pour récupérer parce que vous voulez faire juste deux minutes d’intensité à i-4 ou i-5 puis x minutes de récup…

Un paquet ça roule vite pendant 15 secondes puis ça ralenti pendant 3 minutes ça roule à fond pendant 5/6 minutes : vous ne savez pas pourquoi mais vous devez être capable de rouler à ces différentes intensité et être capable d’encaisser ces variations incessantes.

Rouler en peloton dans des groupes de différents niveaux va vous apprendre à rouler à cette différence intensité et à supporter ces variations de rythme. Et si vous n’êtes pas habitué à ces accélérations et y répondre, attendez vous à sauter rapidement …

Maîtriser sa vitesse

Etape du Tour 2017 - photo sportograf - en descente, toujours prudent ...

Etape du Tour 2017 – photo sportograf – en descente, toujours prudent …

Rouler en peloton va vous permettre aussi d’apprendre à gérer les vitesse élevées sur un vélo.

Lorsque vous êtes seul, vous voulez peut-être à 25 ou 30 heure, mais quand vous roulez en paquet, vous êtes fréquemment à plus de 40 ou 45, vent dans le dos par exemple, les paquets savent rouler très très fort…

Et clairement, maîtriser son vélo à 50 ou 55 km heure c’est pas du tout la même chose que le maîtriser à 25 km heure quand vous êtes seul… Les trajectoires et les temps de réaction sur votre machine sont complètement différents : passer des virages à ces vitesses là ne s’improvise pas.

Rouler en peloton va aussi permettre de vous stimuler et de repousser davantage vos limites que lorsque vous êtes seul.

Lorsque vous attaquez une bosse par exemple : vous l’attaquez en paquet beaucoup plus vite et vous accélérez sans cesse lorsque vous essayez de suivre les autres coureurs. Vous cherchez toujours à vous dépasser, stimulé par les autres cyclistes autour de vous ou par ceux que vous voyez au loin devant et que vous essayez d’aller chercher en repoussant encore et encore vos limites…

Les inconvénients des sorties groupes

Tout l’un ou tout l’autre : trop dures ou trop faciles

Sortie groupe, brève mais sacrément intense !

Sortie groupe, brève mais sacrément intense !

Les sorties groupe peuvent être une bonne chose mais à condition qu’elle ne vous handicapent pas dans la réalisation de votre plan d’entraînement.

Si vous êtes HS pendant 2 jours parce que vous avez tapé dedans grave avec les copains et que vous avez des sorties spécifiques à faire : pendant ces 2 jours vous ne pourrez pas les faire à la même intensité que ce que vous auriez dû et cela clairement va vous freiner dans votre progression.

N’oubliez pas que la récupération fait partie intégrante de votre entraînement et si vous devez enchaîner des sorties alors que vous n’avez pas récupéré à cause d’une grosse sortie club, vos séances spécifiques à venir ne seront pas aussi efficaces.

A l’inverse mais c’est plus rare cette sortie groupe peut être trop facile.

Si le groupe avec qui vous partez est clairement en dessous de votre niveau : au lieu de maintenir vos capacités, vous allez régresser, vous allez perdre du niveau parce que vous allez rouler en dessous du votre.  Pour maintenir votre niveau,  si vous deviez faire par exemple une sortie en endurance critique, vous allez peut-être vous retrouver à faire que de l’endurance ou de la régénération.

Si vous n’avez pas beaucoup de temps pour vous entraîner dans la semaine, prenez garde à ne pas perdre de temps inutilement sur ce genre de sortie !

Elles peuvent néanmoins avoir des intérêts comme croiser les copains ou vous régénérer et vous faire plaisir avec les potes sur le vélo. Mais d’un point de vue purement entraînement et gestion de vos capacités de performance, cette sortie pourrait bien se révéler totalement inutile.

Intensité variable

Rouler en paquet peut aussi être préjudiciable à votre progression dans la mesure où les intensité vous ne les choisissez pas. Vous ne faites pas les durées d’intensité prévues dans votre plan d’entraînement structuré.

Dingue de vélo - travail spécifique en bosse à I3 - quasi impossible à faire en groupe

Dingue de vélo – travail spécifique en bosse à I3 – quasi impossible à faire en groupe

Quand vous faites un entraînement spécifique pour développer votre PMA par exemple, et que vous faites du 30/30 ou du une minute d’effort / une minute de récupération : les séries que vous faites vous permettent de cumuler un maximum de d’efforts à l’intensité cible, ici à i-5 par exemple.

Le fait de rouler en groupe peut vous empêcher de changer toujours d’intensité et d’être dans la bonne fourchette de puissance, de cumuler autant de blocs de travail et de durée sur les intensités cible pour provoquer l’adaptation tant attendue.

Quand les prévoir alors ces sorties groupes ?

A quelle fréquence ?

Rouler avec un paquet peut être intéressant on va dire une fois par semaine point à la ligne mais rien ne vous empêche de rouler avec deux ou trois copains à partir du moment où ça vous empêche pas par contre de travailler l’objectif prévu de vos séances il ne faut pas que cela vous handicap dans le travail à faire et la gestion de vos intervalles spécifiques par exemple ou de travailler dans les zones de puissance prévue.

Moi ça m’arrive régulièrement par exemple de faire des sorties vélocité ou force explosive avec un pote ou deux rien n’empêche de travailler sa cadence tout en pédalant avec les copains ou de faire avec lui ou quelques exercices de force explosive en bosses ou sur le plat.

A condition bien sûr qu’ils aient les mêmes objectifs ou des objectifs relativement proches des vôtres.

Comment les incorporer dans un plan d’entrainement ?

Il peut s’avérer compliqué d’incorporer des sorties groupe dans un bloc de 3 semaines de travail de la PMA par exemple. A la rigueur, si vous avez une longue sortie endurance à faire dans la semaine ça peut coller.

Mais le travers des sorties groupe justement c’est qu’ à moins d’avoir un groupe au niveau relativement homogène et des gens qui ne tapent pas trop dedans à la première bosse ou premier faux plat venu, il y a peu de chances que dans cette sortie groupe vous soyez toujours en i1 ou i2 pour travailler votre endurance (…)

La plupart du temps ça tire dans tous les sens à la première bosse venue, ça prend des relais, etc… et au final vous avez tout et n’importe quoi en intensité sur la totalité de votre sortie…

Pour conclure, en ce qui me concerne je roule souvent seul parce que je dispose pas de beaucoup de temps pour m’entraîner : je consacre en semaine pas mal de mes sorties à des séances courtes spécifiques avec des intensités cibles précises à atteindre,  mais je ne dédaigne pas de temps en temps rouler à 2 ou 3 potes pour une sortie ou on se met d’accord sur de l’endurance par exemple. J’ai la chance d’avoir couru plus jeune en FFC et je suis à l’aise en peloton, donc je ne travaille pas ce point là particulièrement …

 

A+

et faites gaffe sur la route

Séb

VIDEO VELO

Caméra embarquée au cœur d ‘un peloton !

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(2 commentaires)

    • PARE on 28 juin 2019 at 18 h 04 min
    • Répondre

    Pour moi une sortie d’entrainement est essentiellement une sortie solo. il m’arrive de sortir en compagnie d’un ami ou 2 au maximum mais dans ce cas c’est uniquement pour le plaisir de rouler sans aspect entrainement. Pour ce qui est de rouler en paquet à haute intensité ou travailler les changements de rythme, j’effectue avant mes objectifs (essentiellement des 12 et 24H en solo) des nocturnes sur le circuit de Barcelone ou l’on se retrouve en situation critérium pendant 3H mais en sécurité absolue. (il m’arrive aussi de rouler dans les mêmes conditions sur le circuit de Zolder)

    1. Salut Joël, les sorties en paquets moi je kiffe pour le travail des relais … Quand tu joues devant avec des costauds en cyclo, c’est bien utile !

Répondre à PARE Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :